Episode 96 à 100

Retour à Antarès et retour sur Terre

Furax série 12épisode 96 - La délivrance de la Bastille ; nos amis se mettent en route pour rejoindre la cuillère filante
épisode 97 - Adieux de Saint-Lazare. Furasque quitte l'équipe. Contact renoué avec Antarès. Un super cadeau de l'inventeur Soufré.
épisode 98 - de retour à Antarès, Pruttmacher dit craindre Furax et lance une vidéo sur l'avenir qui confirme que sa planète court un grand risque.
épisode 99 - Après cinq jours de traversée, l'astronef dépose les protagonistes de l'aventure sidérale et les barbus aux arènes de Bézier avant qu'ils soient rapatriés à Paris
épisode 100 - Asti capture Furax et Malvina avant que Socrate le conduise à la prison de la Santé. Il expose dans sa planque le contenu de sa vengeance, mais coup de théâtre Malvina démontre que ce n'est pas avec Carole que Furax s'est marié en 1940

épisode 100 - La vengeance d'Asti

Socrate et Euthymènes se présentent bredouilles à la préfecture où ils se font houspiller pour avoir laissé s’échapper Furax et Malvina.
Dans sa planque, Asti dit à Furax et à Malvina que c’est pour lui l’heure de se venger, ce à quoi Furax le prend de haut déclarant qu’il le meilleur de tous les malhonnêtes et que personne ne peut lui prendre son immense fortune, fruit de ses méfaits.
Asti lui répond : « 
Figurez-vous moussieu Fourax qu z’ai enlevé il y a trois mois oune jeune femme et que peu à peu elle est devénoue plus compréhensive grâce à un mélange de pavot et de nicotine versé dans son café, et il se trouve que cette femme c’est la vôtre, Madama Carola Fourax née Christmas que voici ! Elle entre. Dites bonzour au moussiou et à la dama ! »
Carole : « 
Bonjour, monsieur Furax ! »
Furax souriant : « 
Bonjour Caroline, c’est vrai que vous êtes la petite marraine de guerre que j’ai épousé par téléphone un soir de 1940 ! »
Asti rayonnant : « 
Zé la tiens ma vengeance. Dé vous madama Malvina à qui je prends celui qué vous aimez et dé vous moussiou Furax pour m’avoir humilié et méprisé. À présent la pétite Carola va récupérer la moitié dé la fortune dé Fourax. »

Malvina  réagit en précisant : « Désolé Asti, mais vous ignorez que lorsque Furax a voulu composer sur le cadran du téléphone ODE pour Odéon, dans son émotion, il a composé OPE Opéra et donc Carole n’est pas mariée avec Edmond Furax. »
Furax : « 
Mais Malvina, j’ai vérifié moi-même au standard de la rue du Louvre ! »
Malvina : « 
Moi-aussi j’ai vérifié il y a quelques temps au central Odéon où il n’y a pas trace de ton appel. Par contre tu es porté marié le 9 mai 1940 avec Opéra 27-94 qui est le numéro de Dominique Esperluète et tous les papiers sont en règle. »
Asti se met en colère et il demande à son complice Rinaldo, le camarade de Mortimer, de retrouver la personne Dominique Esperluète et de la ramener dans leur planque.
Nous voilà avec Fred, Black et White qui de leur côté cherchent la trace du criminel sans y parvenir, aussi ils font appel à un devin célèbre, Mérinos, qui pourrait leur trouver le lieu où a été conduit Furax.
Au même moment Rinaldo arrive vers Asti avec Dominique Esperluète qui n’est pas une femme mais un inverti efféminé, propriétaire d’une maison de couture, rue de la Paix.
Malvina éclate de rire tandis que Furax est éberlué.
Asti déclare : « Eh ! si, Furax nous devons nous rendre à l’évidence, c’est bien avec loui qué vous êtes marié !!! »

GONG !
26 avril 2022

épisode 99 - retour sur Terre - Furax et Malvina mis en examen rejoignent Orly. Ils sont pris en charge par Socrate

L’Antarebus affrété par Pruttmacher file sans bruit en direction de la Terre avec à son bord tous les protagonistes de l’aventure sidérale excepté Saint-Lazare : Socrate, Euthymènes, Pauline IV maharané de Sama-Koutra, Jejeeboy, Fred Transport, Mortimer, Black, White, Mlle Fiotte, Professeur Mery Christmas, Malvina, Edmond Furax de l’Académie française.
Ils sont accompagnés des 653 héros que nous connaissons sous l’appellation Les Barbus.
Pendant le trajet du retour, Socrate signifie l’acte d’accusation à Furax qui sera arrêté à sa descente de l’astronef et il fait de même à Malvina Gugumus sa complice.
Après les cinq jours du voyage ils atterrissent dans les arènes de Bézier où l’ordinateur de bord leur donne 15mn pour quitter l’appareil avant qu’il ne redécolle pour Antarès.
Tous descendent et sont répartis dans six avion pour Le Bourget où les médias et la foule les attendent pour les ovationner, sauf Furax et Malvina placés sous la surveillance d’Euthymènes qui montent à bord d’un hélicoptère en attente des instructions du commissaire Socrate.
Arrivés à Paris sous les applaudissements du public, les barbus partent rejoindre leurs famille et nos amis sont accueillis dans des cérémonies officielles tandis que Socrate se rend à la Préfecture, pour un rapport succinct avant qu’une traction avant de la police lui permette avec un chauffeur et un inspecteur de rejoindre Orly où l’hélicoptère doit déposer Euthymènes et ses deux prisonniers.
La voiture arrive donc à Orly en même temps que l’hélico. Socrate salue son adjoint, Furax et Malvina et les mène à la voiture du Quai des Orfèvres.
Socrate : « 
Euthymènes, montez à côté du chauffeur, je passe à l’arrière avec nos deux mis en examen qui seront assis entre moi et l’inspecteur. Il rajoute : Allez, roulez ! Chauffeur, vous irez directement à la prison de la Santé pour éviter qu’ils ne s’évadent de la P.J. ! »
Inspecteur : «
Commissaire, j’ai une meilleure solution. Chauffeur, prenez la route de Rungis ! » Il sort son arme qu’il braque sur Socrate l’intimant :
« 
Et vous commissaire, les mains en l’air ! »
Socrate : « 
Euthymènes aidez-moi ! »
Euthymènes : « 
Je ne peux pas car le chauffeur me flanque son révolver dans les côtes ! »
Inspecteur : « 
Et maintenant que la voiture s’arrête, je vous prie Socrate et Enthymèmes de bien vouloir descendre de voiture gentiment ! »
Furax : « 
Désolé commissaire ! Tout ceci est imprévu, je n’y suis pour rien !! »
Les deux policiers consternés se retrouvent au bord de la route et se disent qu’ils vont avoir l’air fin en arrivant sans les prisonniers au Quai des Orfèvres.
Furax : « 
À présent, messieurs, j’aimerais bien quelques explications ! »
L’inspecteur qui se révèle être Rinaldo précise : « 
Je suis désolé, mais moi j’exécute les ordres, m’sieur Furax. » Furax : « Et qui vous les donne, ces ordres ? » Rinaldo : « Le chauffeur. »
Furax :
Le chauffeur ! Mais quel rapport, je ne le connais pas, moi, votre chauffeur !! »
Chauffeur : « 
Oh si, moussieur Fourax, vous mé connaissez ! Et vous aussi madama Malvina ! »
Malvina : « 
Asti ! » Furax : « Asti Spumante ! »

GONG !
13 avril 2022

épisode 98 - L'avenir ne convient pas à Pruttmacher, il comprend s'être fourvoyé

Après un voyage quelque peu mouvementé, nos amis arrivent à Antarès. Pruttmacher les reçoit avec effusion et les remercie pour les allumettes, mais il trouve que l'école de crime de Furax ne donne que des résultats négatifs surtout que celui-ci réclame les pleins pouvoirs. Il craint que tout n'aille trop loin. Furax insiste et Pruttmacher déclare : 
«
Nous avons ici le pouvoir de visionner les actualités futures. »
Il fait asseoir les terriens et lance la vidéo d'anticipation.
On voit alors les habitants s'entrégorger. Ils sont pris d'une hystérie collective qui les pousse à entamer une lutte à mort pour se défendre contre un péril imaginaire. Les immeubles sont incendiés et les insurgés s'attaquent même aux concombristes qui sont des pacifistes, des braves gens qui aiment la salade de concombre et qui se font capturer, pendre et aussi jeter dans les brasiers allumés.
Partout sur Antarès déchaînée, ce ne sont que meurtres, délations, vols, escroqueries sordides..

Pruttmacher réclame alors la bobine de cette vidéo futuriste et avec les allumettes il la détruit en déclarant : 
«
Nous avons à Antarès le pouvoir de voir l'avenir et d'en changer s'il ne nous convient pas. Je voulais tremper l'âme de mes concitoyens, mais pas dans le sang et les larmes. »
Pauline intervient : «
Vous savez président, il n'y a pas que des horreurs sur Terre, il y a aussi des gens gentils et pacifiques. »
Pruttmacher : «
J'en suis convaincu madame et vous en êtes la preuve. L'honnêteté et la bonté sont des vertus qui se pratiquent dans le silence et la discrétion. Je vais donc vous renvoyer sur Terre, avec tous vos barbus. Un grand vaisseau vous emportera et dans quarante huit heures, vous serez chez vous. Je ne veux plus de contact avec votre planète. Je demande que les gens comme Furax, nous foutent la paix car si un jour ils leur prenaient fantaisie de venir nous taquiner, ma riposte sera terrifiante ! je vous dis adieu ! »

GONG !
7 avril 2022

épisode 97 - Que l'allumette soit et l'allumette vint

Au même moment, c’est-à-dire cinq cents ans plus tard sur Antarès.
Pruttmacher : « 
Bonjour Ayemamer, je vous ai fait venir car je viens d’apprendre que c’est sur votre ordre que la cuillère filante a été déréglée. Vous avez accéléré sa marche et l’engin a remonté le temps où nous avons perdu son contact. Tout ça après vous être fait acheter avec du nougat qui est certes délicieux, mais dites-moi qui vous a payé ainsi pour votre forfaiture ?
Ayemamer : « 
C’est Furax, monsieur le président ! »
Le président convoque donc Furax qui avoue sans problème car selon lui, son devoir est de supprimer ses ennemis.
Pendant leur entretien, le secrétaire s’annonce et déclare qu’ils ont retrouvé la cuillère filante dans la plaine de Champagne et 1692.
Retour en 1692.
Black, White et toute l’équipe arrivent chez le comte de la Chartre qui les accueille à bras ouverts, les remerciant de s’être fait virer par sa Majesté Louis le quatorzième : « 
Peste soit de la faveur royale et des intrigues de Versailles, je ne suis plus un courtisan et heureux de ne plus devoir reparaître à la Cour. »
Sur ses entrefaites, Furasque se présente à la fête donnée en l’honneur des étrangers auxquels il remet une missive de Saint-Lazare.
« 
En route pour l’île Sainte-Marguerite ce 14 juin 1692, l’ironie de mon histoire éclaire ma captivité. Regagnez la cuillère filante et tachez moyen de renouer le contact avec Antares. Ayez juste une pensée gentille pour celui que vous laissez derrière vous. Prenez bien soin de Mlle Fiotte que j’aimais bien ; essayez de la marier. Adieu mes amis ! signé : l’Homme au Masque de Fer, Julien Saint-Lazare. »
Furasque : « 
Disons-nous adieu, nous aussi. Je bénis le jour où je vous ai détroussés car l’occasion m’a été donnée de connaître les êtres les plus stupéfiants de notre époque. Messeigneurs, je vous ai aidé, alors s’il vous est donné de rendre ce même service à un gentilhomme de votre XXe siècle, pensez à moi et agissez de même. » Ils congratulent tous Furasque avant que celui-ci ne les quitte.

Le contact étant revenu avec Antarès, ils s’apprêtent à décoller quand arrive un inconnu qui les interpelle.
« 
Je me nomme Soufré, je suis inventeur et précurseur, j’ai appris votre mission aussi permettez-moi de vous offrir ma dernière trouvaille ; ce sont des petits bouts de bois avec du soufre au bout : on les gratte d’un coup sec sur un frottoir et hop, plus besoin de battre le briquet. Cela s’appelle des allumettes. En souvenir de moi, acceptez cette boîte de cent allumettes. Je vous laisse et retourne à mon laboratoire. Bon voyage ! »

GONG !
29 mars 2022

épisode 96 - les évadés de la Bastille partent retrouver la Cuillère filante

Saint-Lazare affublé de son masque de fer est conduit à la forteresse de l'île Sainte-Marguerite.
Nos amis embastillés apprennent de Mortimer, que c'est lui qui a craché le morceau aux trois nobles qui se sont empressés d'aller tout cafter au roi. Tout le monde est consterné, mais Black leur dit : «
Mortimer, c'est pas le mauvais cheval, mais faut toujours qu'il trahisse. »
Dans leur cachot collectif, les deux gardiens, Le Grimaud et Lapaluche, leur annoncent qu'un visiteur, un moine souhaite les voir. Nos amis reconnaissent Alphonse Hardouin Marie, chevalier de Furasque déguisé. Il sort de sa besace des robes de moines dont ils se vêtent, et quand les gardes reviennent, ceux-ci se font assommer.
Ils suivent Furasque en procession deux par deux et en psalmodiant des cantiques. Ils sortent de la Bastille sans être inquiétés et remercient Furasque qui dit ne pas supporter qu'on embastille ses amis et il rajoute : «
Un de mes hommes, Renaud, vous attend avec une voiture attelée à quatre chevaux. Il vous conduira à votre char volant. » White presse ses compagnons : « Vite ! trouvons Renaud et sa quatre chevaux ! »

En cours de route, ils traversent un patelin.
Renaud : «
Nous voici à Varennes-en-Argonne. »
Black : «
Mais, nous sommes dans la Meuse alors qu'il faut aller en Champagne ! »
Renaud fait demi-tour lorsqu'ils se font arrêter par un homme et une petite troupe armée de piques et de gourdins. 
«
Je me présente, Drouet chargé de saisir la famille royale qui s'est échappée des Tuileries.
Est-ce vous ?
»
White : «
Bougre d'andouille, tu t'es trompé, l'arrestation de Louis XVI c'est dans cent ans. Nous sommes le vendredi 13 juin 1692 et l'arrestation de Louis XVI ce sera le 21 juin 1792 ! »
Drouet : «
Jour de Dieu ! on s'est foutu de moi ! Faut que j'attende encore un siècle ? »
Black : «
Fallait faire attention à mieux connaître ton Histoire de France. Prends patience... Cent ans, c'est vite passé ! »
Drouet s'excuse et les laisse repartir.
White : «
Dépêchons, il faut que demain nous soyons à la cuillère filante ! »
Black : «
Pourvu qu'Antarès ait réussi à rétablir le contact ! »

GONG !
21 mars 2022

C'est bien Drouet, le maître de poste de Varennes, qui reconnut le roi Louis XVI déguisé en valet de chambre et qui arrêta la famille royale en fuite, dans la nuit du 21 au 22 juin 1792.