Denise Domenach Lallich

Une Grande Dame à la vie bien remplie

Après la fin des hostilités, Denise effectuera un séjour de " récupération " à la Maison des résistants de Combloux proche de Megève en Haute-Savoie.
Elle croisera Bernard Lallich dont elle tombera amoureuse et se mariera en décembre 1946. Elle dira :
Jamais dit-elle je n’aurais pu épouser un homme qui n’aurait pas eu la même attitude que moi face aux nazis.

Elle reprendra ses études et deviendra professeure de lettres. Elle sera régulièrement en contact avec le CHRD (Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation), installé à Lyon dans l’ancienne école de santé militaire qui fut le siège de la gestapo, où elle témoignera sur la jeunesse lyonnaise résistante.

Une jeune fille libreCe n’est qu’en 2005 que paraîtra son livre " Une jeune fille libre " tiré de ses trois cahiers consacrés à son journal et à la résistance lyonnaise qu’elle avait écrit de 1939 à 1944. Sensibilisée par son devoir de mémoire, après son activité professionnelle elle organisera  des rencontres-débat avec des jeunes collégiens, lycéens et étudiants. Elle dira
Lors de mes visites des groupes de jeunes scolaires et étudiants, je m’efforçais d’expliquer ce que fut la guerre et la Résistance. J’avais toujours un peu de mal à faire comprendre qu’on ne peut pas juger des évènements d’hier avec les schémas d’aujourd’hui. Internet, les portables n’existaient pas et nous n’avions pas la moindre idée de ce qui se passait dans les camps de travail ou de concentration pour les déportés ce qui en surprenait plus d’un ; il nous arrivait même de nous dire que les camarades qui partaient en Allemagne dans le cadre du STO avaient au moins la chance de se trouver à l’air libre.

En parlant de ses propres convictions elle rajoutera :
Avec mes activités d’alors, j’avais quelques longueurs d’avance sur les femmes de mon âge. Je comprenais le combat des féministes et j’ai toute ma vie demandé à être traitée à égalité avec les garçons. En revanche je n’ai jamais approuvé celles qui considéraient que les femmes avancent quand les hommes reculent. C’est d’une profonde stupidité car quand j’étais dans la Résistance, je vous assure que nous n’avions aucune envie de nous passer des hommes et de leur côté, ils ne pouvaient se passer de nous !

Voilà brièvement une facette de cette femme remarquable.
Denise Domenach Lallich a reçu La Médaille de la Résistance et a été nommée chevalier dans l’Ordre de la Légion D’Honneur.

Elle a tiré sa révérence le 19 juillet 2020 à Lyon, à l’âge de 95 ans.
Merci Madame, vous êtes dans notre cœur une Belle Personne, une référence, un exemple pour toutes les générations.

Je vous invite à regarder la vidéo ci dessous, de 2008, consacrée aux rencontres avec les jeunes.
Elle est magnifique et émouvante. Vous pouvez la voir en plusieurs parties.
En ce qui me concerne je vais à chaque fois jusqu'au bout

Ajouter un commentaire