Jojo Rabbit

film de Taika Waititi

Jojo est un petit allemand solitaire. Sa vision du monde est mise à l’épreuve quand il découvre que sa mère cache une jeune fille juive dans leur grenier. Avec la seule aide de son ami aussi grotesque qu'imaginaire, Adolf Hitler, Jojo va devoir faire face à son nationalisme aveugle.

Affiche Jojo RabbitTaika Waititi, réalisateur et scénariste, nous propose avec Jojo Rabbit une fable tout à fait singulière dans un univers décalé. Il prend aussi un plaisir monstre à jouer un Adolf Hitler grand-guignolesque. Certains l’on vu sous un angle sympatique, alors qu’au contraire il nous montre une caricature d’Hitler qui annonce clairement les procédés de manipulation et l’inhumanisme des nazis qui sont allés jusqu’au sacrifice de leur jeunes enfants.

Nous voyons clairement les horreurs de l’époque et seule cette vision du point de vue enfantin nous atténue l’intolérable. Les scènes burlesques avec Sam Rockwell et Rebel Wilson en formateurs de la cause aryenne et un Stephen Merchant de la Gestapo, tous trois se montrent savoureux comme les répétitions absurdes de salut hitlérien.

Certains auront aussi remarqué les courtes séquences ou un camion avec des recrues partant au combat croisent Jojo et se moquent de lui en riant bruyamment et que nous retrouvons à leur retour, où  bléssés, ils sont taiseux et la mine déconfite.

L’écriture de ce scénario est bien placée au service d’une histoire touchante et pertinente. Avec un casting excellent, une jeune fille juive interprétée magistralement avec pudeur et retenue par Thomasin McKenzie que j’avais beaucoup aimée dans le film Leave no trace.
Scarlett Johansson toujours aussi, merveilleuse, charismatique, épatante en mère combative prête à tout pour sauver l'innocence de son fils.
Nous avons Jojo, impressionnant Roman Griffin Davis qui apporte un jeu candide savoureux tout en portant le film sur ses frêles épaules avec son copain Yorki, l’irrésistible maladroit, Archie Yates.

Visuellement le film est également une réussite, dotée d'une production design avec une direction artistique très colorée retranscrivant la mode de l'époque et en adéquation avec le mode de pensée dans lequel évolue le personnage éponyme. Une réussite, un film surprenant, intelligent et diablement moqueur qui ne nous fait pas oublier le parallèle avec notre époque actuelle inquiétante où fleurissent les dérives des extrémismes et du populisme.

Opinion des gens :
Presse (35 titres) – 71% de positif dont 6% de 5/5 et 44% de 4/5 et en négatif 17% de passable et 12% de mauvais.
Spectateurs (102 critiques) – 85% de positif dont 14% de 5/5 et 51% de 4/5 et en négatif 10% de passable et 5% de mauvais.
Notation (940 personnes) – 80% ont aimé le film.

Nationalité : Américain. Genre : Guerre, comédie dramatique

31 janvier 2020

Ajouter un commentaire