1917

film de Sam Mendes

Pris dans la tourmente de la Première Guerre Mondiale, Schofield et Blake, deux jeunes soldats britanniques, se voient assigner une mission à proprement parler impossible. Porteurs d’un message qui pourrait empêcher une attaque dévastatrice et la mort de centaines de soldats, dont le frère de Blake, ils se lancent dans une véritable course contre la montre, derrière les lignes ennemies.

Affiche 1917La mise en scène de Sam Mendes est époustouflante. Les deux acteurs, George MacKay et Dean-Charles Chapman livrent une prestation particulièrement forte et émouvante. Le film prend aux tripes par l’atmosphère pesante, belle et envoutante qu’elle dégage.

L’immersion des longs plans séquences qui donnent l’impression d’un seul, nous plonge dans l’horreur de la Grande Guerre avec des décors réaliste. Avancer aux côtés de Blake et Schofield, c’est d’abord quitter l’Arrière pour découvrir, peu à peu, l’organisation d’une tranchée, le matériel les conditions de vie, les pratiques du quotidien. C’est également voir les morts qu’on enterre, les blessés qu’on soigne.

En deux heures de temps, « 1917 » nous permet de voir les lignes anglaises, allemandes, le No man’s land, les fermes abandonnées, les communications détruites, les villages occupés, les combats au sol, aériens ou d’’artillerie.

Toutes les phases sont savamment imbriquées les unes dans les autres. Dès que l’une se termine, nous amorçons celle de la phase suivante. La fin nous confirme aussi l’absurdité de la guerre  car si Schofield a empêché un assaut meurtrier, il comprend qu’il ne permettra pas pour autant d’éviter les suivants. Alors, mitigé entre le sentiment du devoir accompli et l’impression de l’inutilité de son action, il retourne, épuisé, au pied du même type d’arbre que celui au pied duquel on l’avait réveillé en tout début de film et alors il médite, le regard perdu dans le vide.

Ce film se différencie des autres récits sur la première guerre mondiale (avec des films magnifiques comme Les croix de bois pour ne citer que celui-là) par le côté plus humain et désenchanté sur l’incapacité de se diriger vers la paix des braves qui aurait peut-être limité la résurgence des nationalismes.

Au cinéma tout est possible pour inventer, surprendre, émouvoir lorsqu’on sait maitriser l’art d’écrire le mouvement ; c’est ce que ce film nous offre.
Vu en VOST et Dolby Athmos (le son immersif), je recommande.

Opinion des gens :
Presse (37 titres) – 90% de positif dont 51% de 5/5 et 30% de 4/5 et en négatif 7% de passable et 3% de mauvais.
Spectateurs (456 critiques) – 30% de 5/5 et 36% de 4/5 et en négatif 11% de passable et 7% de mauvais.
Notation (3190 personnes) – 90% ont aimé le film.

Nationalité : Britannique, Américain. Genre : Guerre, drame

17 janvier 2020

Ajouter un commentaire