Notre Dame

comédie burlesque de Valérie Donzelli

Maud Crayon, est née dans les Vosges mais vit à Paris. Elle est architecte, mère de deux enfants, et remporte sur un énorme malentendu le grand concours lancé par la mairie de Paris pour réaménager le parvis de Notre-Dame… Entre cette nouvelle responsabilité, un amour de jeunesse qui resurgit subitement et le père de ses enfants qu’elle n’arrive pas à quitter complètement, Maud Crayon va vivre une tempête. Une tempête, qu’elle devra affronter pour s’affirmer et se libérer.

Affiche Notre DameValérie Donzelli nous emmène dans une histoire drôle, fine et tendre, où l’on retrouve autant du burlesque que de la magie. L’actrice-réalisatrice-coscénariste, comme dans ses précédentes œuvres où elle tenait également le rôle-titre est ici Maud, mère de deux enfants, séparée en théorie de Martial, Thomas Scimeca, génial en papa paumé ; elle mène une vie à cent à l’heure, bouillonne d’énergie et de créativité.

Rajoutons un excellent casting. Parmi eux : Pierre Deladonchamps, le journaliste Bacchus Renard son ex petit-ami et Bouli Lanners, Didier l’ami fidèle de Maud qui sont impeccables ; citons bien sûr Samir Guesmi, patron faux-derch, que l’on voit malheureusement bien trop peu au vu de son talent. La maire de la capitale, Isabelle Candelier ainsi que son premier adjoint  Philippe Katerine sont un duo irrésistible de drôlerie complémentaire. La sœur de Maud, gynécologue, Virginie Ledoyen, est aussi craquante que Claude Perron, l’avocate loufoque.

Bref, tous les acteurs sont délicieux dans leurs rôles respectifs et je me demande si les deux enfants ne sont pas les vrais enfants de Valérie, tellement ils sont touchants de vérité et de naturel. Mention très spéciale pour la scène faite façon cinéma muet, qui fonctionne particulièrement bien. Alors, ne pas parvenir à voir la poésie et l’humour dans Notre Dame tient du prodige. Un brin de Tati, une touche de conte de fée, un soupçon de comédie musicale, un zest d'humour, du cocasse, un mélange des genres frais et relaxant. Tout y est irrésistible, tout y est savoureux.

Le film réserve toutes sortes d’excellentes idées de mise en scène, il pétille d’inventivité et de drôlerie, une pépite d’imagination et de bonne humeur... ce qui n’empêche nullement la prise en compte des réalités de notre temps, y compris les plus douloureuses ou les plus inquiétantes. Le Paris qui nous est montré n’a rien d’idyllique : on y voit des migrants dormir sur les trottoirs, on assiste à une tempête due au réchauffement climatique, des passants se livrent à des violences gratuites.

Ce film tourbillonnant et un peu ubuesque, va toutefois plaire ou déplaire, c'est quitte ou double. C’est le prix à payer d’un film atypique et novateur, que seul le cinéma peut offrir et que les professionnels saluent. Et souvent les meilleurs comédiens apprécient de jouer ce genre de rôles qui leur permet de se dépasser. C’est paradoxalement aussi ce qui rajoute à la désorientation des spectateurs déçus.

Opinion des gens :
Presse (28 titres) – 96% de positif dont 68% de 4/5 et en négatif 4% de passable.
Spectateurs (66 critiques) – 55% de positif dont 24% de 5/5 et 22% de 4/5 et en négatif 12% de passable et 33% de mauvais.
Notation (280 personnes) – 68% ont aimé le film.
Nous sommes bien dans un film qui ne peut laisser indifférent, surtout ceux qui ont eu le sentiment d’avoir été trompé.

Nationalité : Français, Belge. Genre : Comédie un brin loufoque et surréaliste.

19 décembre 2019

Ajouter un commentaire