Everything everywhere at once

Tout, partout et tout à la fois - science-fiction, action, humour

Evelyn Wang est à bout : elle ne comprend plus sa famille, son travail et croule sous les impôts… Soudain, elle se retrouve plongée dans le multivers, des mondes parallèles où elle explore toutes les vies qu’elle aurait pu mener. Face à des forces obscures, elle seule peut sauver le monde mais aussi préserver la chose la plus précieuse : sa famille.

Everything everywhere alll at once« Tout partout et tout à la fois » est la traduction québécoise de ce film atypique, mélange de science-fiction, d’action avec une pointe d’humour, mis en scène par les réalisateurs-scénaristes Daniel Scheinert et Daniel Kwan. Les critiques de la presse saluent la double performance d’une part des réalisateurs scénaristes qui ont explosé les écrans d’effets plus que spéciaux avec un indéniable surréalisme qui peut dérouter ceux qui s’attendaient à un film d’action et d’art martiaux, et d’autre part avec la qualité des acteurs qui ont entouré une Michelle Yeoh au sommet de son art et de ses sublimes chorégraphies.
Si on devait ne donner qu’un seul mot pour traduire ce film ce serait Flamboyant car effectivement il décoiffe. L’image est fabuleuse, les décors magnifiques les couleurs sublimes et le scénario qui se découpe en trois parties, Everything (tout) Everywhere (partout) et All at once (tout à la fois), nous projette dans le multivers ce que la physique quantique repris par les auteurs de science-fiction appelle les univers parallèles, où une même personne peut vivre des « milliers » de vies différentes.
Michelle Yeoh se retrouve donc confronté à ses autres existences pour sauver à la fois le monde et sa famille. Avec des acteurs impliqués comme Jamie Lee Curtis impeccable en adversaire d’Evelyn, Ke Hui Quan génial dans les multiples « Waymond » les maris d’Evelyn dans le multivers et Stéphanie Hsu à la fois Joy la fille d’Evelyn et Jobu le démon destructeur. Tous les autres acteurs principaux ou secondaires, sont excellents.
C’est ce qui explique l’enthousiasme des spectateurs qui ont adoré ou aimé à 70% et le fait que 30% décontenancés par le rythme effréné, les coups de théâtre permanents et le côté surréaliste rarement vu à ce niveau, ont été déçus.
J’avais été prévenu que je serai surpris, ce qui est un euphémisme, car je suis de toute façon un inconditionnel de Michelle Yeoh et de Jamie Lee Curtis et ma surprise était plus que positive. Je recommande ce film outre à ceux qui savent s’attendre à du costaud et seront ravis qu’à ceux qui ont envie de voir un film qui n’entre dans aucun des genres habituels et qui est un mélange de plusieurs genres.
S’il reste plusieurs semaines à l’écran et encore en VOST, j’aurais plaisir à le revoir, car sur grand écran en salle, c’est flamboyant.

Opinion des gens
Critiques presse (34 titres) 88% de positif dont 26% de 5/5 et 47% de 4/5 et 12% de passable.
Critiques spectateurs (220) : 58% de positif dont 25% de 5/5 et 21% de 4/5 et en négatif 12% de passable et 30% de mauvais.
Notation : 2200 personnes ont répondu au trois questions, 47% ont adoré, 23% ont aimé et 30% ont été déçus.

Le paradoxe, c’est que 5300 personnes souhaitent voir le film et je leur souhaite de ne pas être déçus. 
08 septembre 2022                                   
Cliquez sur l'image

Actrices et acteur

 

Commentaires

  • Barbitruc
    • 1. Barbitruc Le 19/09/2022
    Oyé oyé, merci pour cette critique constructive et pleine d'enthousiasme ! Je fus tout comme vous abasourdie par ces coups de théâtre multiple. Mais ce qui me surprend le plus c'est ce crossover entre everything everywhere all at once et 3000 ans t'attendre, l'affiche est très bien réalisée mais je veux des explications, pourquoi un tel mélange ? Sans offense, bien entendu.

    Votre dévouée Barbitruc
    • fabulgone
      • fabulgoneLe 20/09/2022
      Désolé, c'est dans mes modifications d'images, je me suis trompé en mettant une image que j'avais transformée Je mets la bonne image des trois acteurs de everything, everywhere all at once Merci d'avoir signalé l'anomalie. Fabulgone