Accusée Catherine Allégret

Réquisitoire du 11 février 1981

les granges brulées -Signoret et sa fille CatherineCatherine Allégret est née le 16 avril 1946, fille de Simone Signoret et du réalisateur Yves Allégret. Devenue une actrice célèbre, elle ne pouvait guère échapper au monde du cinéma, je citerai parmi les films que j’ai vu : L’aventure c’est l’aventure  1972, Les granges brulées 1973, La course à l’échalote 1976, Clair de femme 1979. En 1949, Simone Signoret avait quitté son époux pour vivre avec sa fille aux côtés d’Yves Montand. Au moment du réquisitoire de 1981, des rumeurs circulaient  sur le fait que son père biologique serait Yves Montand… Pierre Desproges qui appréciait l’actrice, va commettre sa première digression en ne parlant pas de l’accusée.

Monsieur le président,
Mesdames et messieurs les jurés,
Chère Catherine, public chéri

Que la cour me pardonne, je ne puis requérir contre Catherine Allégret, car je l’aime trop, depuis le jour où, sur la scène de l’Olympia, j’ai eu l’immense honneur de chanter avec elle la comédie musicale Les lavandières du Portugal, avec Alain Souchon dans le rôle de Julio Iglesias et Laurent Voulzy dans le rôle d’André Verchuren.

Je parlerai plutôt aujourd’hui de la mort brutale de Jacques Dufilet, dont nous ne pouvons que nous réjouir. Le plus grand malfaiteur de l’humanité depuis Hitler, vient de s’éteindre à 78 ans d’une courte maladie de peste hilarante. Il est mort dans d’atroces souffrances, et c’est bien fait pour sa gueule.
La vie entière de cet homme fut consacrée au mal, puisque c’est lui qui a inventé le collant pour dames, assassinant du même coup des millions de porte-jarretelles qui ne lui avaient rien fait. Crapule !
Que n’emportes-tu pas dans ta tombe ton invention qui a ravalé la femme au rang de saucisson d’Arles, détruisant dans nos âmes, la flamme sacrée de l’érotisme le plus pur ;
la femme offrant aux yeux de l’homme cette inestimable émotion devant un porte-jarretelles et des bas résilles dévoilant ce carré de chair tendre et duvetée, frontière entre vos genoux pour tout le monde et votre amour pour moi tout seul.
Aucune merveille du monde n’égale le divin spectacle d’une femme en porte-jarretelles et bas de soie ; c’est la preuve même de l’existence de Dieu et la différence entre l’homme et la bête car n’a-t-on jamais vu une guenon en porte-jarretelles.

Jacques Dufilet était né le 11 novembre 1902 à Tricloret-sur-Tilène, d’un père marchand de glu et d’une mère faiseuse de caramel mous : une lourde hérédité. C’était un personnage tellement grossier qu’il allait entrer dans sa soixante-dix-neuvième année sans frapper ! Quel rustre !
À priori normal, Dufilet à 14 ans et demi, à l’âge où les garçons se titillent le pédicule, faisait preuve d’une austérité de mœurs qui le poussa à mettre au point un système d’insémination artificielle des insectes diptères communs, parce que, déclara-t-il au journal Le Monde, qu’il ne supportait pas de voir ce que certains dépavés faisaient aux mouches.
Il n’était pourtant, ni inverti, ni impuissant alors comment a-t-il pu inventer le collant pour dames, une idée qui germa dans son cerveau obscur à la fin de la dernière guerre mondiale.

À cette époque, sa conduite laissait même à penser qu’il était un peu idiot. Ne s’était-il pas jeté à corps perdu dans la collaboration avec l’occupant fin 1944 avant de s’apercevoir de son erreur et de prendre le maquis en janvier 1945.
C’est là que le charcutier qui l’hébergeait près de Bayonne confectionnait son jambon, le tenant d’une main et l’enfilant de l’autre dans un filet resserré par un élastique dans sa partie haute.

Nous étions alors en période de pénurie et les bombyx du murier, nourri aux rutabagas et aux topinambours ne tissaient plus qu’une soie lâche et revêche impropre à la fabrication du bas. " Qu’importe ricana Dufilet au charcutier Duconnaud, je ferai des collants à jambon en nylon ! "
Et il vida la timbale de Duconnaud en vertu d’une vieille coutume qui veut qu’on boive dans le gobelet des autres quand on n’a pas de verre à soi.
De retour chez lui, il se lança dans la fabrication effrénée du collant pour dames. Interviewé par Jours de France, il annonça au monde que sa découverte était prête à s’étendre au monde entier. L’article était illustré d’une photo en collant chair de mademoiselle Anne Gaillard, mannequin vedette chez Marcel Dassault, souligné par une légende pleine de tact : " Voici le premier collant fabriqué par la maison Dufilet. Comme le montre notre document, monsieur Dufilet n’a pas tort lorsqu’il affirme que ce qui est bon pour le jambon, ne peut pas être mauvais pour le boudin ".

Je crois que j’en ai terminé maintenant. Catherine Allégret, je requiers, je suis désolé car je vous aime, je requiers contre vous la peine de mort, à moins que vous ne puissiez prouver à la cour que vous portez un porte-jarretelles.

Nota benêt :
Catherine Allégret : c’est l’actrice dont on dit : " Ce ne serait pas la fille de… " Exact : c’est la fille de Simone Signoret. On ajoute : " C’est donc aussi la fille de… " Faux. Ce n’est pas la fille d’Yves Montand. Pour une fois que c’est vrai.

Ajouter un commentaire