L'intelligibilité de l'histoire

Chroniques de la haine ordinaire

Je me souviens des années 60 où certains intellectuels, que l'on disait de gauche, s'extasiaient sur des pièces de théâtre modernes incompréhensibles, voir des tableaux ou des sculptures dites surréalistes et qui étaient des leures pour les gogos qui feignaient de les comprendre avant que l'on en dévoile les supercheries. C'est pour se moquer de ceux-la que Pierre Desproges écrivit ce sketch à partir d'un texte de Jean-Paul Sartre. 

L’intelligibilité de l’histoire

En voulant allumer un feu de cheminée avec des paperasses inutiles, je suis tombé hier par hasard sur une page du tome 2 de la Critique de la raison dialectique de Jean-Paul Sartre.

Desproges en 1975Écoutez plutôt:

Il faut revenir à cette première vérité du marxisme: ce sont les hommes qui font l'Histoire; et comme c'est l'Histoire qui les produit (en tant qu'ils la font), nous comprenons dans l'évidence que la «substance» de l'acte humain, si elle existait, serait au contraire le non-humain (ou, à la rigueur, le pré-humain) en tant qu'il est justement la matérialité discrète de chacun.

« C'est pas très clair !» me direz-vous. Cela dit, vous n'avez pas tout à fait tort. Il doit s'être glissé une ou deux coquilles dans ce texte. Il suffit peut-être de changer un mot ou deux pour que «l'intelligibilité» devienne intelligible. Exemple :
Il faut revenir à cette première vérité du marxisme: ce sont les chiens qui font ouah ouah; et comme c'est le ouah ouah qui les produit (en tant qu'ils le font), nous comprenons dans l'évidence que la «substance» de l'acte canin, si elle existait, serait au contraire le non-ouah ouah (ou, à la rigueur, le pré-ouah ouah) en tant qu'il est justement la matérialité discrète de chacun.

C'est une vérité qu'on peut à la rigueur étendre à l'informatique simplement en passant des chiens aux puces :
Il faut revenir à cette première vérité du marxisme : ce sont les puces qui font l'ordinateur; et comme c'est l'ordinateur qui les produit (en tant qu'elles le font), nous comprenons dans l'évidence que la «substance» de l'ordinateur, si elle existait, serait au contraire le non-puce (ou, à la rigueur, le prépuce) en tant qu'il est justement la matérialité discrète de chacun.

Il faut bien voir que, quand Sartre écrivait ce genre de conneries, à la fin des années 50, il ne se prenait pas encore au sérieux. Il n'avait pas encore été nommé pape des Béats de la rive gauche. Il écrivait surtout pour du pognon ou pour faire rigoler Jean Cau. Il se contentait de cachetonner dans des feuilles de chou antifascistes primaires avec une mauvaise foi !!!

C’n’était pas honnête, c'est vrai.

Oublions le marxisme et voyons ce que Goebbels, ce facétieux propagandiste du troisième Reich aurait écrit en préambule à Mein Kampf vantant les féroces soldats et que certains racistes ordinaires actuels reprennent à leur actif.  
Il faut revenir sur cette vérité première du fascisme. En réalité, ce sont les étrangers qui foutent le bordel. Et comme c'est le bordel qui les produit (en tant qu'ils le foutent), nous comprenons dans l'évidence que la «substance» de l'antibordel, si elle existait, serait au contraire le non-bougnoule, ou à la rigueur le pré-bougnoule en tant qu'il est la matérialité discrète de chacun.

Quant à ces féroces soldats, je le dis, c'est pas pour cafter, n'empêche qu'ils ne font rien qu'à mugir dans nos campagnes.

Étonnant non !

Ajouter un commentaire