Un steak d'hippo ?

Frederick Russell Burnham

Major Frederick Russell Burnham1901Frederick Russell Burnham (11 mai 1861/1er septembre 1947), surnommé le Roi des éclaireurs, était un éclaireur américain et un aventurier connu pour son service lors des guerres indiennes et dans l'armée britannique en Afrique coloniale et pour avoir enseigné des techniques de survie à Robert Baden-Powell, devenant ainsi l'une des sources d'inspiration de la création du scoutisme. 
Le président américain Theodore Roosevelt tenait également Burnham en haute estime et écrivit en 1901 : «
Il est un éclaireur et un chasseur d'un courage et d'une adresse rare, un homme sans peur, une fine gâchette et un guerrier. Il est l'éclaireur parfait ».

Au début des années 1910, les États-Unis sont au bord de la crise : la population ne cesse de croître, il n'y a plus de nouvelles terres à exploiter et si rien n'est fait, une pénurie de viande sans précédent frappera le pays. Burnham parvient à convaincre de son idée Robert Broussard, un représentant de la Louisiane au Congrès américain : les États-Unis manquent de viande, son cheptel diminue, alors :
«
pourquoi ne pas transformer l’Amérique en une nation de mangeurs d’hippos ».
La viande a apparemment bon goût, surtout les parties grasses de la poitrine. Il suffit d’importer les hippopotames d’Afrique, de les installer dans les marais qui longent la côte du golfe du Mexique, et de les élever pour leur viande.
Hippo steakUne idée audacieuse approuvée par l'ancien président, Theodore Roosevelt et le New York Times. L’idée est estimée pleine de bon sens et grandiose pour le sénateur louisianais. Elle lui permet, entre autres, de résoudre le problème des jacinthes d’eau qui détériorent l’environnement des ruisseaux et des rivières de son État. En gobant ces fleurs, les hippopotames sont friands de plantes aquatiques, les bêtes importées vont : «
transformer le fléau qui frappe le sud du pays en de la chair saine et savoureuse pour notre peuple ». Cliquez sur l'image

Avec Broussard, Burnham va associer à son entreprise, Fritz Joubert Duquesne, un homme qu’il a combattu impitoyablement lors de la Guerre des Boers, un Afrikaner surnommé la Panthère noire du Veld, un homme qui se donne en spectacle aux États-Unis depuis dix ans, un chasseur africain vantant ses multiples exploits.
Pour mener à terme le projet, Burnham et Duquesne, les opposants d’autrefois, vont même fonder ensemble une société de lobbying : la New Food Society.
Le passage de Duquesne devant le comité du Congrès devient un spectacle en soi, semble convaincre tout le monde, suscite une vague de réactions enthousiastes. Le Washington Post n’hésite pas à écrire : «
Ce n’est qu’une question d’années avant que d’importantes cargaisons d’hippos soient expédiées en Amérique ».

Il n’y a toujours pas de troupeaux d’hippopotames en Louisiane et l’idée n’a jamais été vraiment rejetée, mais semble avec le temps être tombée dans une sorte d’oubli teinté d’indifférence. Le sénateur Broussard se fait calculateur, se livre à de sombres contorsions politiques, repoussant, depuis le 21 mars 1910, session après session, le dépôt de son projet de loi au Congrès, avant de mourir en 1918.
Burnham soulevait ce regret à la fin de sa vie : «
Nous avons autrefois tenté de sauver cette nation de la famine. Un bon steak d’hippo serait maintenant bien apprécié ».

09 mai 2021

Ajouter un commentaire