La Petite Reine bicentenaire

Une histoire d'amour qui ne décesse pas.

En 2017 nous avons fêté les 200 ans du vélo. 
L’expression « la Petite Reine » aurait deux sources différentes. La première proviendrait des Pays-Bas où la Reine Wilhelmine d’Orange-Nassau (1890 à 1948) avait pour habitude de se déplacer à vélo dans les rues d’Amsterdam, au grand plaisir des Hollandais. C’est alors que le surnom « la Petite Reine » serait né… Une autre hypothèse : on retrouve la « Petite Reine » dans une poésie d’Edmond Haraucourt parue dans la revue « Le Cycle » du 18 août 1895. Il assimilait une cycliste (et non le cyclisme) à une « Petite Reine à deux roues ».

Bref, quoi qu'il en soit oubliez aussi, la plaisanterie d'un bibliothécaire facécieux qui avait fait croire que le dessin de la bicyclette figurait sur le feuillet 133 du Codex Atlanticus de Léonard de Vinci.
L'histoire commence en 1817. Un noble Allemand, Karl Friedrich Christian Ludwig Drais  atteint les 14.4  km/h avec une structure en bois composée de deux roues, d'une selle et d'un guidon qui se déplace à la force des pieds. Il la baptise Draisienne. En France on dira Vélocipède.
Mais il faudra attendre 1861 pour qu'Ernest Michaud, carrossier, ajoute des manivelles à pied au moyeu de la roue avant. Ainsi à chaque tour de pédale correspond un tour de roue. Il s'en suit l'apparition du Grand Bi où la roue avant fait percher l'usager à près de deux mètres de haut, la petite roue arrière ne servant qu'à maintenir l'équilibre et certains modèles sont pourvus de freins à sabot en fer peu efficaces sur des roues également en fer.
Dans les années 1880, la Safety Bike ramène le cycliste à terre avec l'invention de génie, d'une transmission indirecte entre la roue et les pédales.
Autre innovation majeure, les roues pneumatiques lancées par Dunlop en 1888.

L'évolution de la bicyclette est quasi achevée bien que des solutions alternatives soient étudiées comme en 1905 la Levocyclette la première à être dotée d'un système de changement de vitesse. Le Vélocar conçu par Charles Mochet dans les années 1930 est à l'origine des vélos qui se conduisent en position allongée et les vélocimanes actuels sont utilisés dans les conditions de cyclisme handisport avec la position couchée, les pédales étant remplacées par un guidon que l'on tourne avec les bras et ainsi la roue avant devient motrice comme au début du vélocipède.

Double tandemPour l'anecdote, soulignons que les premiers vélos féminins furent des tricycles comme le tricycle de De Dion en 1880, car longtemps, la bicyclette fut accusée d'amener les femmes à des "pratiques vicieuses" !!! Et ce n'est qu'en 1940 avec le modèle Legnano, que la barre avant fut remplacée par une barre oblique pour les cycles de nos fenottes. Le machisme, a toujours eu la peau dure.
Même si des prototypes existaient depuis 1930, le tandem commercialisé à l'usage des couples remonte seulement à 1960. Mais nos belles de 1930 avaient déjà parodiées son usage.

Pour bien visualiser les belles de 1930 du double tandem cliquez sur l'image.

Nous avons maintenant des vélos avec assistance électrique ; en 2012, le Mando Footloose avaient déjà un système où les pédales alimentaient un moteur électrique.

La Petite Reine poursuit ses améliorations, son esthétisme, son poids, ses performances et souhaitons que tous les centres urbains en permettent l'usage sécurisé. Souhaitons aussi que les cyclistes n'oublient pas qu'il existe un code de la route et surtout un code de bonne conduite pour un partage bienveillant de la circulation entre véhicules à moteur, piétons, et eux-mêmes.

15 mai 2021

Ajouter un commentaire