Calamity Jane

Comme un Garçon

Nous sommes en automne 1872, les hommes du général Custer sont pris en étau par les guerriers Sioux. Le capitaine Egan tente de donner ses ordres, quand un tir lui transperce l'épaule. Ses forces l'abandonnent lorsqu'il est hissé sur une autre cheval par une grande brune de 20 ans. Il s'évanouit et se réveille près de Martha Jane Cannary surnommée " Calamity Jane ", éclaireuse pour l'armée depuis trois ans, fine gachette, spécialiste du lasso et qui fume, jure, et se bat comme le pire des cow-boy, habillée d'une veste à franges, chapeau à large bord, bottes et pantalon de cavalier.

Calamity JaneNée en 1852, elle est l'ainée de six enfants. Son père est prédicateur et fermier ; dans les saloons, il joue et dilapide l'argent du ménage. Sa mère parle haut, boit trop et arrondit les fins de mois en monnayant ses faveurs. Martha évolue dans un univers violent, suit les hommes à la chasse, monte parfaitement à cheval et sait faire mouche. À quinze ans, elle devient orpheline. Elle se fait accepter par les aventuriers les plus coriaces qu'elle fait fantasmer ; buveuse de wisky, libre, costaude et belle, une bouche bien dessinée, une forte poitrine et de longues jambes.

En 1870, elle rejoint l'armée et en trois ans, elle est devenue une légende, considérée comme une excellente pisteuse et l'une des meilleures gachettes de l'Ouest. Aventurière certes, mais pas un bon petit soldat, elle se limite à sa fonction d'éclaireuse sans participer aux batailles. Son seul amour c'est la liberté.
Pourtant, en 1876, son coeur s'emballe pour James Butler " Wild Bill Hickok " héros de la guerre de Sécession, partisan de Lincoln. Il a 39 ans, elle en a 24. Il s'aiment et se joignent à un convoi de marchandises. Le soir à la veillée, elle épate son auditoire par ses dons de conteuse hors pair. Hélas, Hickok craint son exubérance et la quitte. Ils resteront bons amis, mais le cœur de Martha est brisé à jam.ais.

À Deadwwood, la jeune aventurière travaille comme courrier de l'armée, chevauche en solitaire dans les zones indiennes, frôlant souvent la mort. Elle échappe à des guets-apens et des traîtrises. Hickok n'aura pas cette chance ; le 2 août 1876, il est abattu dans le dos, d'une balle tirée par John Jack, un ivrogne qu'il venait de battre au poker. Sa disparition sera une rude épreuve pour Calamity. Trois ans plus tard on la retrouve dans le Wyoming, cow-girl dans un ranch puis dans une auberge. En 1883 on la croise à San-Francisco. Désirant se caser, elle épouse en 1885 Clinton Burke, un Texan avec qui elle aurait eu une petite fille en date du 28 octobre 1887.

Cette même année, W.L. Spencer publie un livre de fiction sur elle ; feuilletons, articles, nouvelles et même une pièce de théâtre s'inspirent de la vie de Calamity. Se sachant incapable de donner une éducation correcte à son enfant, elle la confie à une famille d'accueil et restera encore quelques années avec son mari avant de retourner en 1895 à Deadwood où elle est considérée comme une héroïne. En 1896, elle est l'attraction d'un musée itinérant, puis elle participe à plusieurs Wild West Shows aux côtés de Buffalo Bill. Deadwood a changé, le chemin de fer s'y arrête, la ville est prospère et ordonnée ; fini les duels, lynchages et règlements de comptes !

À 44 ans, Calamity survit en vendant des photos d'elle habillée en éclaireuse et contant ses aventures. Ses souvenirs, elle les raconte dans les vapeurs d'alcool et de cigares. En 1903, elle sent sa fin approcher, minée par ses excès. Elle demande alors à être enterrée au Mount Moriah Cemetery de Deadwood. Elle a 51 ans et meurt le 1er août des conséquences de son alcoolisme. Selon sa volonté, Calamity Jane repose enfin à côté de Wild Bill Hickok, son amant des Grandes Plaines.

11 décembre 2020

Ajouter un commentaire