Année Bissextile

Les origines

Walter 1Lorsque fut créée la première "année calendaire" dite "année vague de 365 jours" conçue par les égyptiens il y a plus de 5000 ans , il a fallu ensuite tenir compte du décalage de l'arrondi du temps tropique réel de 365,2422 jours qui fausse les saisons, car si on n'avait pas rajouté une journée tous les 4 ans (et pour les siècles : ne sont bissextiles que les années 400, 800, 1200, 1600, 2000 c’est pourquoi après 1896, l’année bissextile suivante fut 1904) en partant de l’an 1 jusqu’à aujourd’hui, nous serions ce 1er janvier 2020, le 15 août 1999 ! (calcul approximatif à quelques jours près).

Avant l'édit de Roussillon de 1564, l'année commençait primitivement le premier mars. D'où September, October..., septième, huitième (mois). Le mois Quinctilis (le cinquième) a été nommé Julius en l'honneur de Jules César; Augustus a remplacé Sextilis (le sixième) en l'honneur d'Auguste. À l'époque romaine, chaque mois comporte trois dates importantes :

•  Kalendae (calendae), les calendes, le 1er du mois.                               cliquez sur l'image          

•  Nonae, les nones, le 5 ou le 7 du mois, le neuvième avant les ides.

•  Idus, les ides, le 13 ou le 15 du mois. 

Remarque : En mars, mai, juillet, octobre, les nones tombent le 7 et les ides le 15. Les nones portent bien leur nom (nones : neuvième; le neuvième jour avant les ides). 

On compte le nombre de jours qui se situent avant les calendes, les nones ou les ides. Le jour de ces trois repères est compris dans ce calcul, si bien que la veille est en réalité le deuxième, l'avant-veille, le troisième, et ainsi de suite. 
La veille se dit pridie : il n’y a pas le chiffre II 
exemple aussi
: a.d. III se dit : ante diem III c’est-à-dire, le troisième jour avant... les nones, les ides, ou les calendes. 

Les jours ne se comptaient pas, ils se décomptaient. Voici donc ce que donnait le mois de février

Février année normaleConsidérons maintenant le mois de février d'une année bissextile.

Février bissextileLe jour supplémentaire fut rajouté après le 24 février  « a.d. VI calendas » et fut nommé « a.d. bis VI calendas »
C’est ainsi que l’on appela le 25 février d’une année de 366 jours : bis sextile calendas (le sixième jour bis avant les calendes de mars).

Au fil du temps, l’année de 366 jours s’appela : L’année du jour bis sextile de février, puis l’année du jour bis sextile, et comme plus personne ne savait quel était ce fameux jour, maintenant nous disons tout simplement: l’année bissextile.

Il subsiste un embryon de ce mode de calcul car si vous regardez votre éphéméride, chaque jour, vous remarquez que deux nombres sont indiqués, dont le total représente le cumul des jours de l’année.

Reprenez votre bloc mémo de 2019 sur le feuillet du 1er janvier vous aviez à gauche l'indication 1 - 364 autrement dit après le 1er janvier, jour 1, il restait 364 jours, normal puisque 1 + 364 = 365 !
Maintenez prenez votre éphéméride de cette année et vous constatez que pour le 1er janvier 2020, l’indication 1 - 365 indique à gauche que nous sommes au jour 1 de 2020 et à droite, qu’il en reste 365 avant le jour 1 de 2021. conclusion : 2020 est donc bien une année bissextile de 366 jours.

Quand je faisais mes études d'horlogerie et donc d'écoulement du temps à la Martinière, j'adorai ce genre d'anecdote. Je vous l'accorde, pas facile à placer dans la conversation, mais c'est amusant.
Fabulgone

Ajouter un commentaire