épisode 3 - Le gnomon

La mesure du temps

Pour ceux qui vont chercher midi à 14 heures,
la minute de vérité risque de se faire longtemps attendre
Pierre Dac – Avec mes meilleurs pensées

Où notre héros des temps farouches appréhende la notion du temps instaurant midi comme milieu de journée.
En ces temps reculés de la préhistoire, la vie était rude.

La préhistoire - le gnomonNotre ami Bic, l’esprit toujours en éveil, observait depuis quelques jours un arbre calciné dont il ne subsistait que le tronc central. On aurait dit un immense pieu planté dans le sol au milieu de la plaine. Chaque jour, il avait constaté, sous l’effet du soleil, que l’ombre de l’arbre tournait autour du pied dans un mouvement semi circulaire de gauche à droite. Le déplacement était régulier et uniforme.

L’ombre très allongée en début de journée allait se rétrécissant jusqu’au moment où le soleil était à son apogée. C’est à dire lorsque la tribu était réunie pour prendre son repas principal. L’ombre se rallongeait ensuite en passant à droite, pour attendre en fin de journée au soleil couchant la même longueur qu’au levant.      Cliquez sur les images

Bic venait d’appréhender la notion de l’écoulement du temps et sa régularité. Ayant ramassé un galet plat percé en son centre, il y avait fixé un bout de bois bien droit, au pied duquel, l’ombre se déplaçait comme pour l’arbre. Où qu’il se situait, le phénomène se reproduisait à l’identique. Fort de cette découverte, Bic pensa qu’il fallait des indicateurs significatifs pour désigner l’écoulement de la durée du jour. Il réfléchit : 
« quand l’ombre est à moitié de sa course, et qu’elle est la plus courte, c’est aussi le moment où nous prenons notre dîner. Milieu, dîner, je vais prendre les deux premières syllabes de ces deux mots et appeler ce moment-là "mi-di" ; L’ombre à gauche sera l’avant-midi, l’ombre à droite sera l’après-midi »

Gnomon l'obelisqueTout heureux, il partit informer le chef et son ami le sorcier guérisseur naturopathe de sa nouvelle trouvaille. Bic venait de découvrir le gnomon (mot dérivé du grec qui signifiait "celui qui sait") ; il constituait les prémices du premier cadran solaire primitif lequel au début ne servait qu’à indiquer la course du temps.

Peu à peu les hommes affineront le procédé en remarquant que l'ombre s’alignait sur les saisons et ils en déduiront les solstices et les équinoxes. Les obélisques égyptiens, recouverts d’hiéroglyphes retraçant les périodes de la vie humaines n’étaient en fait que d’immenses gnomons.

Dans mes études d’horlogerie, l’évolution des techniques et appareils de mesure du temps, du cadran solaire à la clepsydre en passant par l’horloge à balancier, l’œuf de Nuremberg, la montre, l’horloge astronomique… me passionnait. Et n’oublions pas le sablier pour l’œuf à la coque.

Un petit pas pour l'homme, un grand pas pour l'humanité.

Ajouter un commentaire