épisode 16 - le retour

Bic rejoint sa tribu et épouse Gaéa

Jamais de la vie on ne l’oubliera, la première fille qu’on a prise dans ses bras
La première étrangère à qui l’on a dit ‘’Tu’’
Quand elle s’est mise nue, on en menait pas large.
Mon cœur, t’en souviens-tu ?
 
Georges Brassens

En ces temps reculés de la préhistoire, la vie était rude.

Il restait trois jours avant la nouvelle lune, pour que Bic rejoigne sa tribu. Il rejoignit Vif éclair et déclara : 
« Je pensais te capturer et te conduire vers mes compagnons pour témoigner de ma bravoure, mais tu mérites de vivre en liberté. Je te salue car il est temps pour moi de rentrer. »
Il flatta l’encolure du cheval et reprit la route avec Biscotte et Belle à ses côtés.

Traversant le petit bois, il se retrouva bien vite dans la vallée qu’il avait traversée avant sa rencontre avec l’enfant. Songeant à Gaéa, son pas s’accéléra. Il allait bientôt la rejoindre. Il perçut venant de sa gauche un léger tremblement de terre et un bruit qui lui était devenu familier, le grondement d’une multitude de sabots martelant le sol.
La harde avait contourné le bois pour le rejoindre. Elle arrivait au grand galop ralentissant à l’approche de l’homme. Vif éclair s’arrêta à sa hauteur et le poussa affectueusement par l’épaule. Bic était enchanté de retrouver sa fidèle monture. Il poursuivit sa route, de temps en temps sur le dos de l’étalon, mais le plus souvent en marchant à la gauche du cheval.
La fin du trajet se poursuivit sans histoire.

Au matin du troisième jour, une fumée signala la proximité du clan. Son coeur se mit à battre un peu plus fort. Etait-ce la pensée de retrouver sa tribu ou de revoir Gaéa ? Sans doute un peu de l’un et beaucoup de l’autre. Il s’arrêta quelques instants et se retourna.
Il revit rapidement en pensée ce qu’il venait de vivre et ce que l’aventure lui avait apporté.
« 
Beaucoup reste à entreprendre ! » Pensa-t-il « La place de l’homme dans ce monde à la fois magnifique et hostile résultera du courage et de la sagesse de ceux qui sauront avancer et partager! »

Bic enfourcha le cheval et au pas, suivi des deux chiens, il s’avança vers le campement.
Tous les membres de la tribu étaient réunis sur le promontoire devant l’entrée de la grotte. Ils observaient intrigués cet homme sur un cheval suivi de deux chien-loup. Quand ils reconnurent Bic, la surprise fit place à de grandes manifestations de joie.
Bic mit pied à terre, le cheval à sa droite et les chiens à sa gauche. Il se présenta à l’entrée du camp.
Gaéa s’était déjà précipité à sa rencontre et ils s’embrassèrent longuement.
Gaéa et BicBic salua le chef et tout le clan. Il commanda à Vif éclair de rejoindre ses congénères qui s’étaient déjà installés dans la plaine verdoyante à proximité. Ils se reverraient demain. Le cheval se cabra en hennissant en signe d’au-revoir et parti vers sa harde.

Aguck déclara que le temps des noces était venu et qu’il était fier de celui qu’il considérait désormais comme son propre fils, « Et toujours le mien », murmura en souriant Moha. Biscotte et Belle avaient fait la conquête des enfants avec lesquels ils jouaient ou se laissaient caresser. Au cours de la veillée qui suivit et qui se prolongea fort tard dans la nuit Bic raconta ses exploits comme il est de coutume. Les passages sur les loups et le tigre virent tous les enfants se pelotonner contre leurs mères, la traversée du fleuve fut appréciée avec respect et chacun fut d’accord pour que des visites s’organisent avec leurs nouveaux voisins. La carte dessinée circulait de groupes en groupes.

Bic avait rajouté les symboles Renne pour sa tribu, Buffle pour le clan du « levier » et Loup pour celui de Gallum et Krao, dénominations qui furent approuvés avec de grands éclats de rires, les hommes imitant les animaux proposés. Dans la nuit étoilée les voix des hommes s’élevaient vers le ciel dans un joyeux tintamarre.

Laissons Bic et Gaéa apprendre à se découvrir et partager le début de leur vie à deux. Il reste à Bic et sa Compagne à découvrir le trésor que seuls deux êtres qui s’aiment peuvent recevoir. Nous n’en dévoilerons rien car cela relève de l’intimité.

Un petit pas vers l'amour, un grand pas pour l'humanité.

Ajouter un commentaire