Londres première journée

Chapitre 1 - Présentation

Bien le bonjour mes Belins, Belines,

En ce vendredi 13 septembre 2019, commença une aventure touristique qui s'est déroulée quelque peu hors des sentiers battus, quatre jours denses de découvertes et d'émerveillement. C'est le cadeau d'une de mes merveilleuses filles qui m'avait promis il y a de nombreuses années de me faire découvrir la capitale britannique.
Je vais passer quelques jours pour compiler les (plus de 500) photos prises que je vais récupérer ce jeudi 19 septembre.

Patientez encore quelques jours pour découvrir Londres sous un jour particulier. Contrairement aux idées reçues, je ne "speak" pas du tout la langue de Shakespeare, mais je l'affirme, l'Anglais n'est pas froid, mais accueillant, souriant et convivial.

Pour vous donner une idée de notre état d'âme voyez ci-dessous une petite photo souvenir de notre passage chez Madame Tussauds.

Toujours cliquez sur les images

Londres avec ma fille

Première Journée

Avec P’titefleur ma fille, le choix de la période de notre séjour londonien, n’anticipait pas un éventuel  mouvement social (ou asocial, tout dépend de quel côté on se trouve) susceptible de perturber notre projet. Mais à cœur vaillant rien d’impossible me suis-je dit lorsque les jours précédents notre départ j’appris que la RATP (Redeviens Ami Touriste…Piéton)  avait décidé un mouvement ‘’d’ampleur’’ à Paris. Nous n’avions cependant rien modifié, c’eut été trop compliqué d’annuler transport et séjour.

Pour commencer, ce vendredi 13 septembre 2019, le trajet TGV Lyon Part-Dieu / Paris gare de Lyon s’effectua normalement. Ensuite, nous comprîmes que la sorcière aux dents vertes, une entité sournoise qui se complait à tourmenter le quidam moyen, n’était pas de notre côté. Nous n’avions plus qu’à espérer en ma médaille de Saint-Christophe (protecteur des voyageurs) pour rejoindre la gare du Nord à temps. Dans le Hall, tous les distributeurs de billets étaient accaparés par de longues files d’attente de gens à la triste figure ; les panneaux annonçaient des informations contradictoires sur l’éventualité d’un RER et son possible départ !
Nous nous dirigeâmes donc vers la station de taxis où l’attente nous parut raisonnable. Quelques minutes plus tard, nous fûmes pris en charge par un chauffeur sympathique mais dubitatif sur nos chances de parvenir à l’heure à la gare du Nord. Il roulait toutes vitres ouvertes et malgré sa dextérité et quelques risques de froissement de tôles, force était de constater que nous avancions lentement,  les couloirs prioritaires étant eux-aussi bien encombrés.
P’titefleur un peu pâle me souffla que le chauffeur avait sans doute fumé un joint dont l’odeur restait tenace dans l’habitacle malgré les vitres ouvertes, ce qui expliquait selon elle, sa conduite limite sécurité. Bref, Il nous arrêta à la gare de l’Est proche de la gare du Nord nous assurant que ce serait sans doute plus sûr à pied. Il avait raison car nous atteignîmes le quai de l’Eurostar vingt minutes avant son départ. C’était hélas insuffisant pour passer les formalités de douane car il y avait trop de monde dans notre situation. Rassurante et souriante, l’employée changea notre billet pour l’Eurostar suivant qui partait trente minutes plus tard.

cliquez sur les images pour les agrandir
GloucesterLondres planNous montâmes enfin dans celui-ci, trois minutes avant qu’il ne démarre. Ouf ! Nous pouvons déstresser. Nous ne ressentons ni la vitesse, ni le passage sous la manche et nous voici à la gare de Saint-Pancrace.
Le temps de faire valider (7£ la journée) nos cartes Oyster pour bénéficier pendant les quatre jours de trajets illimités sur les transports en commun et de rejoindre le métro, nous arrivâmes à Gloucester vers 18h.
Première remarque, le métro londonien, comme à Paris est excellemment bien pratique car tout est indiqué avec clarté. Heureusement, car les stations sont de vrais labyrinthes avec plusieurs lignes à chaque station, des montées, des descentes, des couloirs, des escaliers et des escalators où il est demandé avec de multiples petits panneaux de rester sur une seule file pour permettre aux gens pressés de ne pas rester bloqués.

CollinghamLa station est très proche d’ « Oxbridge Appartements » à Collingham Road, notre réservation pour les trois nuits. Ȧ la réception au rez-de-chaussée nous fûmes reçut avec beaucoup de gentillesse par un monsieur dont l’accent nous parut du genre pakistanais. Arrivé à notre appartement au 2e étage, notre carte d’accès ne fonctionna pas et pour cause, il était encore occupé. Nous redescendîmes et le réceptionniste se rappela que le locataire devait partir, mais avait prolongé son séjour. Sorry ! Il nous donna une nouvelle carte pour un appartement à l’entresol. Comme prévu, il y avait bien deux chambres dont le couchage s’avéra très confortable. Nous n’avons pas utilisé la cuisine très bien équipée. Nous posâmes nos bagages et partîmes faire un premier petit tour.

les immeublesQue ce soit sur Cromwell Road ou Gloucester Road nous appréciâmes les très beaux bâtiments. Précisons que nous étions dans le quartier chic des ambassades, d’Irak, des Pays-Bas… et le Consulat de France. Paradoxe, entre deux superbes immeubles se trouvait la Stephen Church, une vieille église en pierres. La particularité de Londres c’est la variété des styles architecturaux qui témoignent de la longue histoire de la capitale où l’on peut trouver un mur romain moyenâgeux, enchâssé dans l’entrée d’un édifice postmoderne ; l’architecture ancienne, côtoie l’architecture royale ou moderne et les façades peuvent être blanches ou colorées.

Benny HillEn chemin nous croisâmes le superbe immeuble où résida pendant plus de vingt ans l’acteur comique Benny Hill. Notre séjour ne pouvait donc être placé que sous le signe plaisant de la bonne humeur. La Gloucester road se prolongeait en s’appelant dans le dernier petit tronçon Palace Gate !! Était-ce parce qu’il y avait à main gauche le restaurant chic Maxim’s comme à Paris ? Nous voici sur l’avenue Kensington road qui longe le parc Kensington Garden où nous pénétrâmes. Londres possède de magnifiques parcs dont huit royaux.

écureuilUne particularité, il y a de très nombreux écureuils pas farouches. Nous nous bambanons tranquillement jusqu’à la Serpentine, un lac étroit, qui serpente bien sûr, et est en quelque sorte la frontière avec Hyde Parc.

mémorial AlbertUn peu avant, nous admirâmes l’imposant mémorial Albert (le mari de la reine Victoria) avec en face du Parc le long de la Kensington road  le Royal Albert Hall, La magnifique et plus grande salle de spectacle de Londres.

intérieur

Royal Albert HallIl est 20h et un véhicule avec haut-parleur, nous invite à quitter le parc avant sa fermeture. C’est l’heure de souper (à Lyon, comme il est de coutume dans les autrefois, on déjeune le matin, on dîne à midi et on soupe le soir) et donc nous retournons à Cromwell road où nous avions repéré plusieurs restaurants. Nous choisîmes une pizzéria où nous fûmes accueilli, (comme à chaque fois) très cordialement et avec le sourire. Précisons que le personnel est toujours très cosmopolite, surtout des asiatiques ou des indiens, des pakistanais…

Nous rentrâmes à l’appartement vers 22h. Demain ce sera une grande journée de visites.

Ȧ suivre

Commentaires (2)

zouzounette40
  • 1. zouzounette40 (site web) | 19/09/2019
Coucou Mon petit Fab. Je te trouve très en forme et resplendissant. Moi non plus I don't speak english quelques restes classiques de ma scolarité. C'est tout ! Je ne peux donc pas déchiffrer l'article. Vous rayonnez de bonheur et c'est le principal. Gros bisous
fabulgone
moi non plus, je peux pas tout lire et je vais demander la traduction à ma fille merveilleuse.

Ajouter un commentaire