La femme et l'automobile

La bagnole en 1904

Août 1904 – un article de presse édifiant.

- Un célèbre médecin de New York recommande à ses patientes nerveuses la conduite automobile, car elle est une « admirable école de sang-froid 

Avec l’absence d’embouteillages et les vitesses limitées à 20km/h en ville et 30km/sur route, il fallait  effectivement bien du sang-froid pour circuler. Mais poursuivons ce que le journaliste écrit suite à cet ‘’avis médical’’.

Femme au volant

« Cependant pour les femmes distraites, les plus nombreuses, elles sont irrécupérables : en résumé, il est très probable que l’art de conduire une automobile ne deviendra jamais un métier de femmes, car il n’existe pas de carrière où les imperfections du caractère féminin puissent aboutir à d’aussi effrayants résultats. Le XXe siècle, avant d’arriver à sa fin, verra passer entre les mains des femmes les professions de médecin, d’avocat, de professeur, d’écrivain, de chimiste, mais les chauffeuses gagnant leur vie dans l’exercice de leur métier paraissent aussi invraisemblables que les femmes astronomes et les femmes ingénieurs

 Cet article n’est pas signé et c’est surement le même rédacteur qui écrit dans le même journal l’article suivant non signé lui aussi. 

« - Paul Strauss demande l’introduction de l’enseignement ménager obligatoire dans les écoles primaires, « que chacune des élèves des écoles de filles suive un cours de cuisine et apprenne le maniement du fer à repasser. Car un logis mal tenu est plus accessible à la maladie, il contribue dans une large mesure au relâchement des liens de la famille, au vagabondage des enfants, à l’alcoolisme du père.

De plus les féministes les plus hardies n’oseraient jamais contester la légitimité de cette initiation spéciale qui n’a pas pour but de reléguer la femme à la cuisine, mais lui assure au contraire la réalité d’un gouvernement fait pour elle, sans la détourner de la haute culture intellectuelle. »

Ben voyons ! Nous vivions en ce début du XXe une ‘’époque formidable’’ ! Tout était à créer sur le plan sociologique pour l’émancipation des femmes et long sera le chemin pour une vraie égalité (droits, rémunération, représentativité, reconnaissance, promotion) hommes/femmes. A la lecture de ces articles, nous comprenons mieux les difficultés affrontées par Madame Simone Veil, notamment pour faire passer sa loi sur l’IVG car en 1974 il subsistait toujours, malgré 1968, un fossé immense entre les droits des femmes et ceux des hommes.

La racine merveilleuseRappelons également que Guignol dans les premières pièces battait sa fenotte Madelon pour adoucir son ‘’caractère acariâtre’’ ; maintenant c’est à l’incontraire, c’est Guignol qui reçoit un coup de tavelle s’il est buvanvin ou tarabâte.

Courage les chenuses colombes, poursuivez sans faillir votre quête, il reste beaucoup à accomplir mais vous êtes sur la bonne voie.

 

Ajouter un commentaire