Un monde plus grand

film de Fabienne Berthaud

Partie en Mongolie chez des éleveurs de rennes pour enregistrer des chants traditionnels, Corine pensait pouvoir surmonter la mort de Paul, son grand amour. Mais sa rencontre avec la chamane Oyun bouleverse son voyage, elle lui annonce qu’elle a reçu un don rare et doit être formée aux traditions chamaniques. De retour en France, elle ne peut refuser ce qui s’impose désormais à elle : elle doit repartir pour commencer son initiation… et découvrir un monde plus grand.

Affiche un monde plus grandFabienne Berthaud nous plonge dans un univers fascinant. Les scènes de transe, intenses, belles et crédibles, sont essentielles dans ce film tiré de l’histoire vraie et du livre de Corine Sombrun qui a également participé aux dialogues et au scénario.

Avec des images oniriques et des distorsions de son dans une nature somptueuse, nous éprouvons l’expérience de Corine. Mais attention, il vaut mieux être réceptif et ouvert d'esprit pour entrer dans ce film qui nous montre deux mondes. Le monde occidental, ses préjugés, ses peurs, ses fantasmes aussi, et le monde rural de la Mongolie, proche de la nature, du concret, de l'esprit des lieux, des morts et  du collectif.

Cécile de France que l'on sent investie physiquement et psychologiquement, joue tout en délicatesse et en modestie, comme elle sait si bien le faire. Elle est ici à nouveau éblouissante de justesse. Elle nous fait vivre une large gamme d’émotions, de la douleur d’avoir perdu l’être aimé, à la sérénité retrouvée, en passant par les doutes, le lâcher prise et l’espérance. Précisons que même les critiques les plus négatives soulignent l’interprétation de l’actrice 

Nous retrouve également avec plaisir, dans ce film, Ludivine Seigner qui campe sa sœur, sceptique et déroutée face au cheminement de Corine. Le casting Mongol avec Narantsetseg Dash l’accompagnatrice, et Tserendarizav Dashnyam, la chamane, est excellent en nous offrant un très beau film sur le chamanisme, loin des caricatures et autres effets trompeurs.

Le scénario qui peut dérouter, est celui d'un film d'initiation, presque documentaire, tout en faisant avancer l'histoire sans temps mort. C'est aussi un doux film sur le deuil, plein d'humanité et d'espoir. La photographie comme la nature avec des paysages magnifiques, sont sublimes.

Précisons que dans la vraie vie, "la transe chamanique’’, grâce à l’expérience de Corine Sombrun qui a inspiré le film, est maintenant étudiée en neurosciences. C’est très récent et donc à suivre…

Opinion des gens :
Presse (8 titres) – 83% de positif dont 44% de 4/5 et en négatif 6% de passable et 10% de mauvais.
Spectateurs (52 critiques) – 94% de positif dont 32% de 5/5 et 48% de 4/5 et en négatif, 6% de passable.
Notation (250 personnes) – 68% ont aimé ce film.

Nationalité : France et Mongolie. Genre : Biopic, chamanisme

03 novembre 2019

Ajouter un commentaire