La fille du puisatier

l'adaptation de Daniel Auteuil

En coupant à travers champs pour aller porter le déjeuner à son père, Patricia rencontre Jacques. Elle a dix-huit ans, il en a vingt-six. Elle est jolie, avec des manières fines de demoiselle ; il est pilote de chasse et beau garçon. Un peu de clair de lune fera le reste à leur seconde rencontre. Il n'y aura pas de troisième rendez-vous : Jacques est envoyé au front. Patricia attendra un enfant de cette rencontre. Les riches parents du garçon crieront au chantage, Patricia et son père, le puisatier, auront seuls la joie d'accueillir l'enfant. Une joie que les Mazel leur envieront bientôt et chercheront à partager, car Jacques est porté disparu...

cliquez sur la photo

Affiche fille puisatierPour son premier long-métrage, Daniel Auteuil avait pris en 2011, le risque énorme de reprendre et adapter le film de 1940 La fille du puisatier joué par Raimu et Fernandel. C’est ce qui explique la légère fraîcheur des critiques presse qui lui accordèrent tout de même un 65% de satisfecit.

Mais heureusement, les spectateurs, avec plus de 500 critiques, vont aimé à 82% ce film. Pour le casting, les acteurs sont tous excellents y compris les seconds rôles comme Emilie Cazenave.

Nous avons ici le couple classique de Marcel Pagnol qui sait si bien nous raconter les histoires d’amours transis ou contrariés avec Astrid Bergès-Frisbey à la beauté éclatante de fraicheur, au charme naturel et pleine de sincérité.
Elle est accompagnée de Nicolas Duvauchelle en bourgeois séducteur un peu voyou, mais au grand cœur et à la sensibilité cachée sous une désinvolture subtile.
Daniel Auteuil au talent confirmé avait alors été, dans ce film, plus apprécié comme acteur que comme producteur, normal pour une première œuvre.
Mention spéciale à Kad Merad qui reprend le rôle de Fernandel et qui se montre époustouflant de charisme et de crédibilité.
Rajoutons Sabine Azéma et Jean-Pierre Darroussin qui sont très sobres mais aussi très convaincants.

La bande-son superbe est du compositeur Alexandre Desplat, ce qui était donc un gage de qualité. Auteuil a longuement hésité avant d'oser toucher à cette histoire qui comptait beaucoup pour lui. Il s'est finalement risqué petit à petit à s'approprier cette histoire et à lui apporter sa touche personnelle pour notre plus grand plaisir.
Précisons aussi qu’Astrid Bergès-Frisbey passionnée de l'œuvre de Pagnol, et choisie par Auteuil pour incarner Patricia, connaissait bien le personnage puisque la fille du puisatier est le rôle qu'elle a interprété la première fois qu'elle est montée sur scène, pendant son cours de théâtre. C’est mon coup de cœur de ce mercredi 16 octobre 2019 cinquième jour du Festival Lumière 2019... ce qui n’enlève rien à la qualité de chacun des cinquante films qui composent la programmation de la journée.

Ajouter un commentaire