Avant le déluge - Cayatte 1953

Festival lumière 2019 - Cayatte

Dans les années 1950, en France. Cinq jeunes amis sont pris de panique face au risque de guerre nucléaire avec la Corée. Leur décision est prise : ils vont aller s'installer sur une île perdue, pensant y être à l'abri. Mais pour financer ce périple, il faut de l'argent. Daniel, Philippe, Jean, Richard et Liliane se lancent alors dans un cambriolage qui tourne au bain de sang...

cliquez sur la photo

Avant le deluge photoAndré Cayatte réalise « Avant le Déluge » en 1953, juste après « Nous sommes tous des assassins ». Mis à part la présence de Marina Vlady et de Bernard Blier au générique, tous deux excellents, on ne pensait pas grand-chose de ce film avant de le visionner. Et pourtant, c’est une claque, tant dans son récit que dans sa mise en scène, tous deux amples et ambitieux, riches et complexes.

Le film s’ouvre sur une scène de procès : quatre adolescents sont entendus par la Justice pour avoir commis un meurtre, ils attendent, terrifiés, leur condamnation. Les parents sont dans la salle. Par le biais d’astucieux flashes-back continus et d’habiles récits croisés entre les quatre familles, Cayatte nous raconte alors ce qui a pu mener ces quatre enfants de bonne famille, étudiants brillants, à ce terrible drame.

Juste après la fin de la seconde guerre mondiale, la population redoute l’éclatement d’un nouveau conflit en Corée. La bande de jeunes amis projette alors, pour fuir ce danger, de s’enfuir sur une île du Pacifique. Mais pour réaliser ce doux rêve d’adolescent, il faut de l’argent, et ceux-ci n’ont pas de meilleure idée que d’organiser un cambriolage qui bien entendu tournera vite au drame.

Au-delà du récit déjà fort prenant, Cayatte livre un constat lucide et désabusé sur la jeunesse française d’après-guerre, sur la perte de l’innocence et des illusions. Plus encore, Cayatte ose des choses véritablement incroyables pour l’époque, comme montrer des seins nus de manière ostentatoire, ou encore inscrire dans son récit de manière affichée et volontaire, un couple d’homosexuels parmi les rôles principaux, qui ne sont ni condamnés ni montrés du doigt à cause de leur préférence sexuelle. En plus d’être un film dense et prenant, « Avant le Déluge » est aussi un film engagé et courageux.

Ce film a été programmé au Pathé Bellecour Lyon ce lundi 14 octobre 2019 à 10h45 dans le cadre du Festival Lumière 2019.

Ajouter un commentaire