Made in China

comédie de Julien Abraham

François, jeune trentenaire d’origine asiatique, n’a pas remis les pieds dans sa famille depuis 10 ans après une violente dispute avec son père Meng. Depuis, il essaie toujours d’éviter les questions sur ses origines, jusqu’à mentir en faisant croire qu’il a été adopté.
Mais lorsqu’il apprend qu’il va être père, il réalise qu’il va devoir renouer avec son passé et ses origines. Poussé par sa compagne Sophie, il se décide à reprendre contact avec les siens et retourne dans son XIIIème arrondissement natal pour leur annoncer la bonne nouvelle, accompagné de son meilleur ami Bruno. François est accueilli à bras ouverts par sa famille, à l’exception de son père et de son jeune frère.
Le retour dans sa communauté ne va pas être si simple…

Affiche Made in ChinaJulien Abraham réalisateur et coscénariste avec Frédéric Chau, nous offre le film sans doute le plus rafraichissant de cet été. Il distille de la joie, de l’humour de la tristesse et beaucoup d’émotions.

C’est un beau clin d’œil qui met en lumière la communauté asiatique, très loin des clichés et de la caricature. La thématique est plus profonde qu’il n’y paraît et ce n’est pas un panégyrique communautaire car elle nous raconte une belle histoire, qui peut être universelle, entre les générations, sur le fait de savoir comprendre, écouter et pardonner à l’autre et à soi-même. C’est aussi un film sur l’amitié, les problèmes familiaux et la mixité.

Un film sincère, drôle, émouvant et touchant sans moquerie gratuite, bête et méchante. Quel plaisir de voir ce tournage dans le 13ème arrondissement de Paris où nous apprécions la facette lambda de ce quartier à dominance asiatique colorée, raffinée et vivifiante.

Nous suivons avec plaisir le parcours de Fréderic Chau, François, accompagné de son irrésistible ami, Medi Sadoun, Bruno, qui va tout au long du film être à la fois le fusible et le piment de ces aventures jubilatoires, sentimentales, parfois tristes, mais toujours attachantes.
Steve Tran, Felix, le cousin de Francois est charismatique, Mylène Jampanoï, l’amie d’enfance est craquante, discrète et bien présente.
Li Heling, la tante Fa, est excellente en médiatrice et Bing Yin, le père, est particulièrement juste et touchant. Tous les autres acteurs sont magnifiques.

Petit clin d’œil à Clémentine Célarié parfaite en belle-mère fofolle et très juste dans ses réparties et son soutien inconditionnel à François. Bien sûr, Julie de Bona, Sophie, est, elle aussi, parfaite et touchante avec un rôle bien écrit malgré de courtes apparitions.

Un film peu médiatisé, mais les spectateurs ont dans leur grande majorité apprécié. Ȧ voir et savourer comme un bonbon acidulé.

Opinion des gens :
Presse (10 titres) – 60% de positif, dont 30% de 4/5 et en négatif, 30% de passable et 10% de mauvais.
Spectateurs (220 critiques) – 84% de positif dont 50% de 5/5 et 25% de 4/5 et en négatif 7% de passable et 9% de mauvais.
Notations (600 personnes) – 74% ont aimé ce film.

Nationalité : France. Genre : Comédie, société, famille

01 juillet 2019

Ajouter un commentaire