Je promets d'être sage

comédie de Ronan le Page

Après des années de galère dans le théâtre, à bout de nerfs, Franck plaque tout !  Il aspire à une vie qui se tienne enfin et accepte un poste de gardien de musée loin de Paris, au calme. C’était sans compter sur Sibylle, une agent de surveillance caractérielle qui va lui mener la vie dure et tout faire pour le décourager. Ils vont pourtant être amenés à s’allier pour monter une petite escroquerie. Une chance peut-être de reprendre leurs vies en main…

Affiche je promets d'être sageRonan Le Page signe un premier long-métrage original, distrayant et teinté de poésie avec un joli regard, tout décalé qu’il soit, sur les musées de province. Les décors du musée sont d’ailleurs très bien exploités, ils offrent des moments de bizarrerie comique inattendus.

Il a installé, dans les parties du musée interdites au public, des personnages secondaires au top; touchants, drôles, farfelus, de gentils dingos, dont Mélodie Richard, Blandine férue de méthodes de psychothérapies alternatives, et Gilles Privat, Gigi l’hypocondriaque.

Dans ce premier film quelque peu énigmatique, le duo formé par la Psychorigide Sibylle jouée par Léa Drucker et l’explosif Franck, Pio Marmaï, est irrésistible, crédible et vraiment complémentaire. Nous avons deux personnages épatants des accidentés de la vie totalement déjantés où Léa Drucker s’en donne à cœur joie dans le registre caractériel.

Tout se déroule dans un enchaînement d’arnaques jubilatoires de Sibylle que Franck ne parvient pas à juguler jusqu’à devenir son complice à son corps défendant. Il va petit à petit ressentir de vrais sentiments qu’il ne parvient ni à exprimer ni à contrôler. Mais tout se passe de façon fluide, sans excitation, violence, ni vulgarité.

Est-il ou non manipulé ? Partage-t-elle ou non le même sentiment réciproque ?

Nous avons un long métrage qui nécessite notre communion avec les personnages en nous laissant entraîner dans cette comédie savoureuse, enlevée et intelligente, parfaitement accompagnée par la très belle bande-son de Florent Marchet.

Une comédie fraîche et ensoleillée un peu amorale et qui nous donne le sourire. C’est rare, mais je me suis senti un peu désorienté par la scène finale tellement je voulais que l’histoire continue. Le charisme des deux personnages est tel que nous n’avons pas envie de les quitter car nous aurions aimé les voir poursuivre leurs aventures.

Opinion des gens :
Presse (18 titres) – 83% de positif dont 13% de 5/5 et 37% de 4/5 et en négatif 17% de passable.
Spectateurs (46 critiques) – 76% de positif dont 38% de 5/5 et 22% de 4/5 et en négatif 10% de passable et 14% de mauvais.
Notation (120 personnes) – 78% ont aimé ce film.

Nationalité : France. Genre : comédie, résilience.

14 août 2019.

Ajouter un commentaire