Frankie

Drame intimiste d'Ira Sachs

Frankie, célèbre actrice française, se sait gravement malade. Elle décide de passer ses dernières vacances entourée de ses proches, à Sintra au Portugal.

Frankie afficheIra Sachs nous propose un film qui s’écoule à un rythme lent, une belle histoire mais qui ne peut plaire à tout le monde pour plusieurs raisons, le rythme bien sûr, mais aussi l’absence d’action, pas de suspense, rien de croustillant. Nous sommes dans le contemplatif et la sobriété. Nous évoluons aussi dans le milieu assez aisé d’une bourgeoisie anglo-américaine qui peut être mal perçu.

Isabelle Huppert est une actrice à part qui ne plait pas à tout le monde par son côté à priori froide, proche et lointaine à la fois, comme indifférente. Mais en fait, elle est juste merveilleuse dans sa « non » interprétation, sensible, simple, réaliste. Son personnage donne le ton et la vitesse du temps qui s'écoule à son rythme, doucement sans jamais entrer dans la mélancolie.
Son amitié avec Ilene, chef coiffeuse de cinéma, l’excellente Marisa Tomei (Américaine), donne un peu de souffle à l'histoire.

Le casting international est impressionnant ; nous avons : Jimmy, l’actuel mari de Frankie, un bon gros nounours joué par Brendan Gleeson (Irlandais), Sylvia, la fille de celui-ci incarnée par Vinette Robinson (Britannique), sa petite-fille la jeune Sennia Nanua (Britannique) et le gendre, Ian, joué par Ariyon Bakare (Britannique) dont Sylvia voudrait se séparer. Rajoutons le premier mari Michel, maintenant homosexuel assumé joué par le Français Pascal Greggory et leur fils Paul qu’interprète Jeremy Renier (Belge). N'oublions pas les seconds rôles et figurants portugais.

Tous entourent Frankie, chacune et chacun à son tour et à sa façon, avec de la tenue et de la retenue.

La grande vedette et la plus-value de ce film, ce sont les paysages portugais magnifiques, où nous entraine la caméra, et qui sont tantôt ascensionnels vers des sommets, tantôt des descentes vers l'océan et aussi des promenades escarpées dans la forêt ou le village.

Le point fort, c’est également la version originale des dialogues sous-titrée entre anglais, français et portugais.

Nous sommes bien dans un long métrage atypique, original, esthétique, à l’image magnifique et plein de sensibilité mais qui laissera un certain nombre de spectateurs au bord de la route pour les raisons que j’indiquai au début. Voir les pourcentages ci-dessous.

Opinion des gens :
Presse (26 titres) – 58% de positif dont 30% de 4/5 et en négatif, 35% de passable et 7% de mauvais.
Spectateurs (32 critiques) – 60% de positif dont 10% de 5/5 et 25% de 4/5 et en négatif 16% de passable et 24% de mauvais.
Notation (170 personnes) 46% ont aimé ce film.

Nationalité : France, Portugal. Genre : Drame intimiste

30 août 2019

 

Ajouter un commentaire