Ad Astra

science-fiction de James Gray

L’astronaute Roy McBride s’aventure jusqu’aux confins du système solaire à la recherche de son père disparu et pour résoudre un mystère qui menace la survie de notre planète. Lors de son voyage, il sera confronté à des révélations mettant en cause la nature même de l’existence humaine, et notre place dans l’univers.

Ad Astra afficheJames Gray livre avec "Ad Astra" un film maîtrisé, une odyssée spatiale somptueuse de beauté et d’étrangeté sur la quête de la vie extraterrestre. Une ambition folle et singulière, doublée d'une sublime réflexion existentielle sur la solitude et l'Humanité, sur le rêve d'être astronaute qui implique des capacités à vaincre ses peurs, la solitude et l'éloignement à l'extrême.

Mais aussi nous explorons les relations familiales dans cette quête sidérale sidérante avec Brad Pitt réellement inspiré qui livre ici un de ses plus beaux rôles de sa carrière en campant le rôle de Roy McBride un astronaute et ingénieur prêt a tout pour retrouver son père ainsi qu'à sauver l’Humanité d'une possible extinction.

Le Casting est parfait avec une poignée de seconds rôles impeccables comme Tommy Lee Jones, Clifford McBride le père, Liv Tyler, Eve McBride la femme de Roy, Ruth Negga, Helen Lantos la directrice de Mars et Donald Sutherland l’ami de Clifford, qui apportent leur pierre à l’édifice de ce long métrage où le spectaculaire passe par une bonne dose d’émotion.

La Bande-son magistrale de Max Richter et Lorne Balfe s'accorde parfaitement au long métrage. Ne chercher ni la comparaison avec d’autres films sur l’espace ni à la vraisemblance puisque nous n’avons en rien attent le degré de technologie propre à l’histoire. C’est de l'anti Star wars ou autre super blockbuster du genre.

Il faut se laisser aller à cette contemplation planante, à cet opéra spatial, à cette quête spirituelle d’une humanité illusoire. C’est beau à voir car on n'a rarement filmé aussi bien l'intérieur des vaisseaux spatiaux, la beauté des planètes et de la galaxie. J’ose le dire, c’est un film de science-fiction de grande qualité et je comprends que par son refus du spectaculaire, par sa réflexion sur le legs paternel parfois trop explicite, Ad Astra prend le risque de décevoir bon nombre de spectateurs qui s’attendent à un film d’action comme le laisse entendre la bande annonce.

Je ne pense pas qu’il s’adresse à tout public, comme à chaque fois que les critiques cinématographiques professionnels de la presse sont aussi dithyrambiques. Ȧ voir vraiment en VOST.

Opinion des gens :
Presse – 97% de positif dont 48% de 5/5 et 42% de 4/5 et en négatif 3% de passable.
Attention ce sont les avis de professionnels du cinéma.
Spectateurs (460 critiques) – 45% de positif dont 10% de 5/5 et 17% de 4/5 et en négatif 24% de passable et 31% de mauvais.
Attention, la bande annonce induit en erreur, laissant imaginer qu’il s’agit d’un film d’action à suspense, ce qui explique les 150 réactions négatives vives.
Notation (2300 personnes) – 71% ont tout de même aimé ce film ;
ils sont 83% aux États-Unis à avoir aimé ce film.

Nationalité : États-Unis. Genre : science-fiction, opéra spatial.

23 septembre 2019

Ajouter un commentaire