Petra

Drame de Jaime Rosales

Petra, jeune artiste peintre, intègre une résidence d’artiste auprès de Jaume Navarro, un plasticien de renommée internationale. Très vite, Petra découvre un homme cruel et égocentrique qui fait régner parmi les siens rancœur et manipulation. Malgré les mises en garde, la jeune femme persiste, bien décidée à se rapprocher de cette famille. Petra avouera-t-elle la véritable raison de sa présence ?

Affiche PetraJaime Rosales, scénariste réalisateur, nous propose une histoire, vibrante, rude et sophistiquée en plusieurs tableaux. Ils nous font découvrir, peu à peu, la vérité entrecoupée de mensonges aux conséquences tragiques.

Nous sommes aussi impressionnés par la capacité de résilience des femmes. C’est une vraie tragédie grecque. La campagne espagnole est magnifiquement filmée. Elle est au cœur de la confrontation des personnages, tous éduqués et complexes. Des artistes bourgeois issus des villes. S’ils aiment la campagne pour son espace de loisirs et d’épanouissement, ils n’y sont pas vraiment intégrés.

Les trois personnages principaux très bien accompagnés de l’ensemble des acteurs sont :
Bárbara Lennie (Goya de la Meilleure Actrice en 2015), qui interprète avec une intensité impressionnante, Petra, le destin tragique d’une jeune femme à la recherche de son père. Elle est bouleversante et attachante dans son travail de reconstruction qui met en évidence que la femme au final parvient à dépasser sa propre tragédie.
Marisa et JaumeJoan Botey incarne Jaume un personnage détestable au-delà de l’imaginable. Il n’est pas acteur professionnel mais ingénieur agronome et ce rôle qu’il considère comme un cadeau de la vie, il l’a travaillé parfaitement bien. Il est même parvenu à prendre un ton qui rendait sa parole encore plus perverse.
Soulignons aussi l'excellente Marisa Paredes, une comédienne septuagénaire reconnue tant en Espagne qu’à l’international ; elle a travaillé avec Pedro Almodovar, Talons aiguilles, comme avec Benigni, La vie est belle. Elle n’apparait que dans quelques scènes en interprétant Marisa, la femme de Jaume. Nous la voyons évoluer d’une femme cynique soumise à son mari, à une femme en quête de pardon et elle sera à l’origine du coup de théâtre final.

Un film intense et sublime qui a été présenté à la Quinzaine des Réalisateurs du Festival de Cannes 2018.

Opinion des gens : Presse (14 titres) – 64% de positif dont 21% de 4/5 et en négatif 16% de passable et 20% de mauvais. Spectateurs (11 critiques) – 82% de positif dont 10% de 5/5 et 27% de 4/5 et en négatif 18% de passable, pas de mauvais. Notation (120 personnes) – 75% ont aimé ce film.

Nationalité : Espagne, France, Danemark. Genre : Tragédie, Famille, Résilience.

10 mai 2019

Ajouter un commentaire