Spider-Man New Generation

film d'animation de trois réalisateurs passionnés

Spider-Man : New Generation suit les aventures de Miles Morales, un adolescent afro-américain et portoricain qui vit à Brooklyn et s’efforce de s’intégrer dans son nouveau collège à Manhattan. Mais la vie de Miles se complique quand il se fait mordre par une araignée radioactive et se découvre des superpouvoirs : il est désormais capable d’empoisonner ses adversaires, de se camoufler, de coller littéralement aux murs et aux plafonds ; son ouïe est démultipliée... Dans le même temps, le plus redoutable cerveau criminel de la ville, le Caïd, a mis au point un accélérateur de particules nucléaires capable d’ouvrir un portail sur d’autres univers. Son invention va provoquer l’arrivée de plusieurs autres versions de Spider-Man dans le monde de Miles, dont un Peter Parker plus âgé, Spider-Gwen, Spider-Man Noir, Spider-Cochon et Peni Parker, venue d’un dessin animé japonais.

Affiche Spider ManJe ne pensais pas aller voir se long métrage d’animation, lorsque je tombe sur les pourcentages positifs étonnants des avis presse et spectateurs. Je ne les lis pas puisque ma curiosité est piquée au vif.

Eh bien oui, je suis resté scotché sur mon siège car je confirme que ce film d’animation sidère par son esthétique hybride et la folie de ses télescopages en brassant les codes du comics et du manga.

Tout a commencé en 2011, lorsque le monde ‘’des comics’’ accueillait un nouveau personnage du nom de Miles Morales, jeune métis de Brooklyn qui devient Spider-Man suite à la mort de Peter Parker. Créé par Brian Michael Bendis, ce personnage est rapidement adopté par les lecteurs, bien loin d'un Peter Parker mais véhiculé par les mêmes idéaux.

L'hypothèse de le voir dans une adaptation au cinéma était alors devenu un fantasme dont les scénaristes Phil Lord et Christopher Miller s’emparèrent écrivant un script différent de ce que l'on a vu jusqu'à présent. Et trois réalisateurs passionnés, Peter Ramsey ("5 Légendes", un des Dreamworks Animation les plus originaux qui soient), Bob Persichetti (scénariste du Petit Prince ou encore Mulan) et Rodney Rothman (22 Jump Street) travaillèrent d’arrache-pied sur ce pari fou.

Mêlant la 2D, la 3D, le pop art ou même la stop-motion, nous sommes plongés dans un "comic book vivant" ou Miles suscite immédiatement l'empathie. Démarrant dans le cadre classique des origines de l’Araignée, l'histoire va emprunter d’autres chemins, parfois même complètement surprenant, où l'univers des réalités parallèles n'aura jamais été exploité de manière aussi fluide et cohérente, renforçant le parcours initiatique de Miles.

Cliquez sur les mages

Les Spider rmenL’ouverture de mondes multi dimensionnels et la jonction surprenante avec les alter-égo de l’Araignée sont une merveille d’inventivité. Les dialogues sont complètement savoureux, et raccord avec la psychologie de chacun des personnages et surtout les « différents Spider-Man ».
Les scènes d'action sont grisantes et impressionnantes.
Les séquences de tension bienvenues ou d'émotion et de vulnérabilité sont aussi surprenantes.
Les couleurs fantastiques et psychédéliques, rajoutent au surréalisme.
La bande son est composée à la fois des sonorités hip-hop, jazzy, électroniques ou symphoniques.

En résumé ce film est une pépite hybride et post-moderne, une anomalie totale et authentique où chaque seconde bénéficie d'une réelle idée pleine de virtuosité. Nous pensons qu’il fera date dans l'histoire de l'animation.

Opinion des gens :
Presse (24 titres) – 96% de positif dont 29% de 5/5 et 67% de 4/5 et en négatif 4% de passable.
Spectateurs (200 critiques) – 97% de positif dont 44% de 5/5 et 41% de 4/5 et en négatif 2% de passable et 1% de mauvais.
Notation (2000 personnes) – 97% ont aimé ce film.

Nationalité : Etats-Unis. Genre : Animation, comics, manga, action, famille.

02/01/2019

Ajouter un commentaire