Green Book

Sur les routes du sud

En 1962, alors que règne la ségrégation, Tony Lip, un videur italo-américain du Bronx est engagé pour conduire et protéger le Dr Don Shirley, un pianiste noir de renommée mondiale, lors d’une tournée de concerts. Durant leur périple de Manhattan jusqu’au Sud profond, ils s’appuient sur le Green Book pour dénicher les établissements accueillant les personnes de couleur, où l’on ne refusera pas de servir Shirley et où il ne sera ni humilié ni maltraité.

Dans un pays où le mouvement des droits civiques commence à se faire entendre, les deux hommes vont être confrontés au pire de l’âme humaine, dont ils se guérissent grâce à leur générosité et leur humour. Ensemble, ils vont devoir dépasser leurs préjugés, oublier ce qu’ils considéraient comme des différences insurmontables, pour découvrir leur humanité commune.

Affiche Green BookPeter Farrelly à travers le prisme déformant de notre époque et  des dialogues d’une grande qualité sort du politiquement correct avec une candeur désarmante, un humour permanent et une bienveillance de tous les instants ; c’est certainement la meilleure arme contre l'intolérance, soeur de la bêtise.

Pour expliciter le titre du film précisons que « The Negro Motorist Green Book (soit, "Le livre de l'automobiliste nègre" par Victor H. Green) est un guide qui fut publié de 1936 à 1966 par un postier de New York. En pleine ségrégation raciale aux Etats-Unis, il s'adressait aux Afro-Américains pour, selon les propres mots de l'auteur, « donner au voyageur noir une information le mettant à l'abri des difficultés et tracas, rendant son voyage plus agréable ».

Alors oui, Green Book semble proche de la caricature mais c'est pour la bonne cause et avec une simplicité dans la démonstration, totalement attendrissante.

C’est une ode à la tolérance, admirablement portée par le tandem formé par Viggo Mortensen et Mahershala Ali, dont les joutes verbales entre les deux personnages feront le bonheur des cinéphiles et de chaque spectateur.

Linda cardelliniPetit clin d’œil aussi à Linda Cardellini, très juste dans son rôle d’épouse aimante de Tony. Ils sont parfaitement bien entouré d’une pléiade de personnages tous plus complémentaires les uns que les autres grâce à une parfaite direction d’acteurs.

Tout y passe dans notre fort intérieur, le rire, le sourire, la colère, l’émotion, l’interrogation, l’incompréhension... c’est la magie de ce film de nous offrir une large palette de sentiments.

Les décors, les paysages, les costumes, les voitures, tout est saisissant de réalisme. Nous ne sommes pas confrontés à un nègre gentil et un blanc rustre et violent. Chacun a ses qualités et ses défauts. Ils vont s’apprivoiser et donnent une âme à leurs personnages jouant à fond de leur archétype sans jamais verser dans la caricature.

Nous y croyons et nous nous laissons porter par ce récit aussi émouvant, délicieux et charmant, que grave et sérieux. Un très beau moment pour une jolie surprise, un très beau film sur la tolérance et l'acceptation de l'autre.

Qu’importe que ce film soit couronné de récompenses ou non. Un vrai petit bonheur qu’il nous appartient de savourer sans modération.

À voir en VOST si possible, croyez-moi, c’est un vrai plus.

Opinion des gens : Presse (28 titres) – 96% de positif dont 29% de 5/5 et 50% de 4/5 et en négatif 4% de mauvais uniquement parce que ce film repose sur la course aux oscars !!! Spectateurs (286 critiques) – 98% de positif dont 35% de 5/5 et 53% de 4/5 et en négatif 2% de passable curieusement pour les même raisons, dénigrant une réalisation faite pour la course aux oscars. Notation (2500 notes) – 95% du public a aimé.

Nationalité : Etats-Unis. Genre : Drame, ségrégation, tiré d’une histoire vraie.

28/01/2019

Ajouter un commentaire