Black Snake

La légende du serpent noir

Après des années passées à Paris, Clotaire Sangala revient dans son pays natal, en Afrique. Élevé par un grand-père chinois expert en arts martiaux, persuadé d’avoir été trouvé dans une poubelle, Clotaire ignore tout du glorieux passé de ses parents. Accroc aux femmes et à la vie facile, égoïste et sans ambition, Clotaire va pourtant être rattrapé par son destin... Il va devenir «Black Snake», le super-héros masqué et ultra-sapé, libérateur du peuple face au dictateur Ézéchias.

Affiche black snakeUne parodie hilarante des productions américaines de superhéros cosignée Thomas N’Gijol et Karole Rocher,  "Black Snake, la légende du serpent noir" rappelle un peu l’humour décalé des OSS 117 tout en étant plus qu’au deuxième et bien au troisième degré. Un humour rythmé et déjanté, des répliques qui surprennent parce que totalement non-politiquement correctes.

Des acteurs qui se régalent. Nous sommes impressionnés par les performances d’actrice de Karole Rocher la compagne de N’Gijol, lequel est Clotaire Sangala/Black Snake. 
Edouard Baer en représentant de l’Etat français d’une république bananière des années 70 est crédité d’un rôle taillé à sa mesure ; la séquence où il se croit prisonnier et menacé de mort est un morceau d’anthologie, du grand Edouard Baer !
Le jeune et talentueux inconnu, Thembaletu Ntuli, dans une interprétation croquignolesque, se démarque parmi tous les autres acteurs dans un rôle « surprise ».

Un petit film de genre très réussi si on sait lire entre les lignes avec tolérance et en mettant son cerveau en sommeil. Des dialogues à ne pas mettre entre toutes les oreilles car le langage ‘’pipi-caca-prout-sexe’’ peut offusquer les oreilles chastes, mais paradoxe, il fait rire les plus jeunes qui ne comprennent heureusement pas tout ; le film n’est cependant pas fait pour les jeunes enfants.

Le scénario est simpliste mais ce n'est pas le plus important, nous retenons surtout les blagues en série, et les chorégraphies des fausses bastons. Dans ce film toutes les communautés en prennent pour leur grade, il ne fait donc pas de jaloux.

À réserver à un public averti ou prévenu, car ce genre d’humour, on aime ou on déteste.

Opinion des gens :
Presse (8 titres) – 50% de positif dont 38% de 4/5 et en négatif 25% de passable et 25% de mauvais.
Spectateurs (56 critiques) – 52% de positif dont 15% de 5/5 et 13% de 4/5 et en négatif 21% de passable et 27% de mauvais.
Notation (300 personnes) – 80% ont aimé ce film.
Une majorité qui savait donc à quoi s’attendre.

Nationalité : France. Genre : Comédie, Parodie, Anti-super-héros

24/02/2018

Ajouter un commentaire