Radin

Un film gentiment comique de Fred Cavayé

François Gautier est radin ! Sa vie est réglée dans l’unique but de ne jamais rien dépenser. Une vie qui va basculer en une seule journée : il tombe amoureux et découvre qu’il a une fille dont il ignorait l’existence. Un quiproquo qui cache son terrible défaut l’oblige à mentir et ce sera pour François le début des problèmes.

Radin l'afficheSi j'en juge par les rires entendus en salle, le film remplit parfaitement sa fonction de divertissement avec des personnages secondaires haut en couleur et des séquences comiques bâties sur l’excès.

Nous sommes bien sûr dans le registre de Dany Boon où cette fois il se montre plus émouvant, bien conscient de son défaut qu’il ne peut maîtriser, ce qui le rend sympathique malgré l’outrance de son attitude.

À ses côtés, Laurence Arné, en violoncelliste au comportement gentiment fol dingo, est délirante et séduisante. Quant à la jeune Noémie Schmidt, vue dans ("L’Etudiante et Monsieur Henry"), elle interprète de façon attachante, une fille aveuglée par son amour filial en mettant elle aussi dans son rôle une bien belle énergie. Les autres seconds rôles, du banquier au voisin et ses six enfants sont joyeusement au diapason : de même la mère de Laura est touchante de lucidité et sans méchanceté puisque le quiproquo qui va s'amplifier vient d'elle.

Nous passons un bon moment de cinéma et nous sortons d'excellente humeur. A moins d'être un radin invétéré, nous ne regrettons pas notre ticket.

Dans le contexte actuel, ce film qui n’est bien sûr pas un chef d’œuvre, est à voir pour tous les moments de joyeuseté qu’il nous offre ; n’en déplaise aux grognons coincés.

Les actrices : la fille et l'amoureuse

Ajouter un commentaire