Moka

Drame de frédéric Mermoud

Diane Kramer part à Evian. Elle n’a qu’une obsession : retrouver le conducteur de la Mercedes couleur moka qui a renversé son fils et bouleversé sa vie. Mais le chemin de la vérité est plus sinueux qu’il n’y paraît. Diane devra se confronter à une autre femme, attachante et mystérieuse… 

MokaAdapté du roman de Tatiana de Rosnay, Frédéric Mermoud nous fait partager une haletante confrontation de femmes entre Emmanuelle Devos et Nathalie Baye dans ce qui s'avère une histoire aussi touchante que crédible dont on se demande, jusqu'au bout, où elle va nous mener.

Un film rigoureusement mis en scène, sobre, intime, sans fioritures, à la fois plein de retenue dans son lyrisme feutré et riche d’un relief humain accidenté et changeant.
Ce film est également le portrait d’une femme, superbement interprétée, par Emmanuelle Devos qui est de tous les plans : magnétique, elle sait distiller une impression d’étrangeté, une légère inquiétude, sans cesser d’être attachante, dans un étonnant mélange de fragilité et de détermination.
Nous sommes en permanence tenus en haleine et pourtant tout se déroule dans un paysage de rêve autour du lac Léman où tous les personnages sonnent justes où toutes les ambiances de la parfumerie esthéticienne aux randonnées solitaires nous donnent des respirations et des pauses salutaires.
Tout est soigné, musique, prise de vues et jeux des acteurs bien sûr. Dans cette descente aux enfers, jusqu’où peut aller la détermination de cette femme qui s’est même procuré un revolver auprès de Vincent, un escroc, joué avec beaucoup de retenue par Olivier Chanteau qui la suit sans intervenir pendant sa quête !  

Ce film par le remarquable face à face de deux de nos meilleures actrices, vaut d’être vu comme l’un des meilleurs de sa catégorie sorti en salle cet été.
Et comme le dit l’affiche : « Qu’aurions-nous fait à sa place ?

Ajouter un commentaire