Le fils de Jean

Drame familial et intimiste de Philippe Lioret

À trente-trois ans, Mathieu ne sait pas qui est son père. Un matin, un appel téléphonique lui apprend que celui-ci était canadien et qu'il vient de mourir. Découvrant aussi qu’il a deux frères, Mathieu décide d'aller à l'enterrement pour les rencontrer. Mais, à Montréal, personne n'a connaissance de son existence ni ne semble vouloir la connaître…

02le fils de jeanCe film aborde le sujet grave et souvent douloureux de la recherche de ses racines lorsqu’elles sont couvertes par un secret jamais dévoilé. Nous voilà donc plongé dans une énigme à tiroir où Mathieu pourrait bien y laisser des plumes.
Philippe Lioret, le réalisateur nous propose un film sensible, délicat et pudique, sans pathos inutile, porté par des comédiens exceptionnels, à commencé par Pierre Deladonchamps (Mathieu) tout en retenue mais sans faiblesse et avec pugnacité pour découvrir ses origines paternel, Il est surprenant, à la fois touchant, timide, déterminé et bouleversant par son seul regard.
Gabriel Arcand (Pierre) est formidable dans un rôle d’une grande intensité protégeant à la fois Mathieu en veillant à ce qu’il ne dévoile rien à « ses deux frères » interprétés par Pierre-Yves Cardinal et Patrick Hivon.
Nous découvrons aussi deux grandes actrices canadiennes, la belle et convaincante Catherine De Léan (Bettina la fille de Pierre) et Marie-Thérèse Fortin (Angie la femme de Pierre). Nous voyons des plans séquences d’une grande Beauté, simples et magnifiques que ce soit au bord du lac, sur le balcon après une soirée bien arrosée ou par le regard appuyé au travers d’un rétroviseur. Quant au final sans effusions, tout en pudeur, en allusions délicates et émotions retenues, il clôture ce drame familial et intimiste sur une belle note d’espoir.

Un film très bien accueilli par la presse et les spectateurs, positif et lumineux, qu’il faut voir absolument.  

La famille de Pierre

Ajouter un commentaire