Cezanne et Moi

Film historique et artistique de Danièle Tomson

Ils s’aimaient comme on aime à treize ans : révoltes, curiosité, espoirs, doutes, filles, rêves de gloires, ils partageaient tout. Paul est riche. Emile est pauvre. Ils quittent Aix, « montent » à Paris, pénètrent dans l’intimité de ceux de Montmartre et des Batignolles. Tous hantent les mêmes lieux, dorment avec les mêmes femmes, crachent sur les bourgeois qui le leur rendent bien, se baignent nus, crèvent de faim puis mangent trop. Aujourd’hui Paul est peintre. Emile est écrivain. La gloire est passée sans regarder Paul. Emile lui a tout : la renommée, l’argent une femme parfaite que Paul a aimé avant lui. Ils se jugent, s’admirent, s’affrontent. Ils se perdent, se retrouvent, comme un couple qui n’arrive pas à cesser de s’aimer.

Cezanne et MoiN’allez pas voir ce film, tout est dit dans le synopsis ci-dessus !

Je plaisante bien sûr car la vraie difficulté a consisté à porter ce texte à l’écran. Certes, Danièle Thomson nous présente un film très didactique et descriptif, mais le récit ponctué de flash-back dynamiques, reste fluide.

Tout est particulièrement bien soigné du point de vue des décors et de l’image. La reconstitution de l'époque est fidèle tout comme la photographie qui est remarquable.

Les deux Guillaume sont excellents : Guillaume Canet est bluffant en Emile Zola, dans le rôle du grand homme, fidèle, faible, humain et attachant. Guillaume Julienne nous fait bien ressentir la souffrance de l'artiste dans la non-reconnaissance de son talent due sans doute à son caractère irascible.

Le milieu artistique de l'époque est très bien dépeint avec les impressionnistes (Monet, Manet, Renoir, Pissarro). 

Alice Pol et Déborah François incarnent les épouses respectives des deux hommes. Elles sont aussi canantes et parfaites dans leur interprétation.

C’est un beau film que je conseille à tout un chacun et pas seulement aux amis des arts.

Ajouter un commentaire