Ma Loute

Film parodique de Bruno Dumont

Eté 1910, Baie de la Slack dans le Nord de la France. De mystérieuses disparitions mettent en émoi la région. L'improbable inspecteur Machin et son sagace Malfoy (mal)mènent l'enquête. Ils se retrouvent bien malgré eux, au cœur d'une étrange et dévorante histoire d'amour entre Ma Loute, fils ainé d'une famille de pêcheurs aux mœurs bien particulières et Billie de la famille Van Peteghem, riches bourgeois lillois décadents.

Ma Loute - afficheBruno Dumont nous présente un film, loufoque, désopilant, surprenant, grotesque, délirant avec un peu de gore et des dialogues fous, bref un film « hors normes, inclassable ».
Nous assistons à une parodie de bourgeois dégénérés et consanguins avec un Fabrice Luchini, André le chef de famille, surprenant en pantin désarticulé tant par ses mimiques que son phrasé.
Valéria Bruni-Tedeschi, Isabelle l'épouse, passe de l’envolée lyrique à l’effacement et au mysticisme.
Juliette Binoche, Aude la sœur d'André, nous offre une prestation délirante, exceptionnelle et jubilatoire. Christian, le frère d'Isabelle, Jean-Luc Vincent est totalement à l’ouest.
Billie, le fils d’Aude est le seul personnage à s’exprimer et se mouvoir normalement, mais est-il un garçon travesti en fille ou une fille travestie en garçon, le doute subsiste malgré une amorce de réponse vers la fin.
L’inspecteur  Alfred Machin (Didier Després) et son fidèle Malfoy (Cyril Rigaud)jouent une partition de duettistes, mélange de Laurel et Hardy, Dupont Dupond, et Machin est aussi un peu comme l’inspecteur "d’Adèle Blanc-Sec".
Quant à la famille Drufort elle est inquiétante à souhait que ce soit le père, la mère, les trois gamins et le grand frère Ma Loute (Brandon Lavieville).
Les décors intérieurs et les costumes sont superbes et les plages du Nord-Pas de Calais sont magistralement filmées.

Bruno Dumont produit ici un film plus fort et plus surprenant que « Délicatessen » (le film de Jean-Pierre Jeunet) avec un scénario fabuleusement décapant et quelques répliques qui rappellent Michel Audiard. Le paradoxe, c’est que j’ai envie de revoir rapidement ce film, ayant été déstabilisé pendant les premières trente minutes ce qui ne m’est jamais arrivé.

Je brûle d’envie de vous le conseiller, mais regardez tout de même la bande annonce avant de vous décider. Il n’est pas possible d’avoir un avis modéré, soit on aime beaucoup ou passionnément, soit ce film est le dernier pétale de la marguerite avec un « pas du tout » car on déteste. Je suis donc retourné le voir une seconde fois et je confirme sans retenue ma première critique positive car je l'ai vraiment apprécié.

Ma Loute -casting


Cliquez pour agrandir

 

Ajouter un commentaire