La Loi de la jungle

Une comédie loufoque d'Antonin Peretjanko

Marc Châtaigne, stagiaire au Ministère de la Norme, est envoyé en Guyane pour la mise aux normes européennes du chantier GUYANEIGE : première piste de ski indoor d’Amazonie destinée à relancer le tourisme en Guyane. De mésaventure en mésaventure, on lui affuble un coéquipier. Pas de chance c’est une pin-up. Pire : elle a du caractère.

La Loi de la JunglePour son deuxième long métrage Antonin Peretjatko nous offre la comédie la plus folle de l’année et une des meilleures satires de notre temps. Un vrai film qui ne se prend pas au sérieux. L'absurde est poussé dans ces limites au point d'en devenir intelligent et profond. Si vous avez aimé Mel brooks (Sacré Graal), Peter Sellers (La panthère Rose), « Un poisson nommé Wanda », les pieds nickelés, Tintin, beep-beep et le coyote de Tex Avery, vous allez adorer cette loufoquerie. Et surtout vous ne pouvez que succomber au charme absolu de cette actrice tout-terrain (au propre comme au figuré dans ce film) qu’est Vimala Pons, une « gamine » de trente ans en passe de devenir la reine de la fantaisie dans le cinéma français.
Tous les acteurs, de Vincent Macaigne, le stagiaire Marc Chataigne qui forme ici le duo improbable mais attachant avec Vimala, à Mathieu Amalric le responsable guyanais, en passant par Pascal Légitimus, déjanté et complètement à sa place en Guyane, Fred Tousch l’incroyable huissier de justice, Jean-Luc Bideau le ministre ou Rodolphe Damien un autre stagiaire chargé de promouvoir une ligne de TGV dans la jungle, les gags s’accumulent comme les situations plus incroyables les unes que les autres.
Baroque avec ses perpétuels changements de tonalité, le film passe de la bagarre à la romance, du grotesque à l’émotion avec de jolis moments de grâce qu’offrent souvent la nature guyanaise avec ses ravissantes lucioles, ses papillons dansant en duo ou ses chenilles au déplacement délicat.

Je serai tenté de dire : esprit sérieux et grosse tête s'abstenir. Mais non pour une fois laissez-vous emporter dans ce tourbillon de joyeusetés. L’humour n’est pas qu’anglais, il est aussi bien de chez nous.

Pour ceux qui ne connaissent pas Vimala Pons, elle était entre autre dans : « Je suis à vous tout de suite », La vie très privée de Mr Sim », « Comme un avion »... trois films qui figurent dans mes critiques 2015/2016, allez y jeter un œil...

Ajouter un commentaire