Carol

Réalisé par Todd Haynes

CarolDans le New York des années 1950, Therese, jeune employée d’un grand magasin de Manhattan, fait la connaissance d’une cliente distinguée, Carol, femme séduisante, prisonnière d'un mariage peu heureux. À l’étincelle de la première rencontre succède rapidement un sentiment plus profond. Les deux femmes se retrouvent bientôt prises au piège entre les conventions et leur attirance mutuelle.

La reconstitution du New-York des années cinquante est prodigieuse. Elle résulte d'un travail d'orfèvre de la décoratrice Judy Becker, la costumière Sandy Powels, ainsi que des maquilleuses et accessoiristes. De même, la photo est aussi magnifique grâce au directeur de la photo Edward Lachman. Un film poignant d'esthétisme et de pureté où la complicité, la performance et la complémentarité des deux actrices principales Cate Blanchett et Rooney Mara nous subjuguent.
Carol 1Todd Haynes aime les femmes et ça se ressent dans sa volonté de garder à l'esprit la nature compliquée d'une relation lesbienne à cette période, tout en nous montrant combien elle reste contemporaine.
J'ai souvent une opinion mitigée sur les prix décernés au Festival de Cannes, mais ici je souscrit totalement à la palme de la meilleure actrice décernée par le jury cannois à Rooney Mara.
Les critiques, presse et spectateurs, qui dépassent les 4/5 sont justifiées. Un drame, une romance à voir absolument. Et bien sûr si possible en VOST.

Commentaires (2)

Michel dit Fab le gone du cintième
  • 1. Michel dit Fab le gone du cintième | 20/01/2016
Je visualise les films et je réalise mes critiques avec mon coeur pour encourager le plus de monde possible à se rendre au cinéma autant qu'il est possible. Cette merveilleuse invention des frères Lumière est une usine à rêves qui ne doit jamais sombrer dans l'oubli. Il n'y a pas de petits films ; tous sont issus de la passion d'une femme ou d'un homme suivi d'une équipe qui croît en l'éternité de ce rêve. Illuminer un monde et le sortir de sa morosité.
p'tite ruine
  • 2. p'tite ruine | 19/01/2016
Tu excelles vraiment dans tes critiques, ça donne toujours très envie de courir dans les salles obscures que je ne fréquente d'ailleurs pas assez à mon goût.
Bisous tendres

Ajouter un commentaire