Still Alice

Julianne Moore une interprétation magnifique

Le combat d'une femme linguiste émérite atteinte prématurément de la maladie d'Alzheimer est un thème à priori peu accrocheur pour attirer le spectateur. Pourtant nous avons ici un film éblouissant, réalisé par Richard Glatzer et Wash Westmoreland, qui ne tombe jamais dans le pathos et qui évolue tout en retenue, en dignité et en force.
Julianne Moore réalise ici une performance saluée par la critique et récompensée à neuf reprises dont celui, prestigieux, de la meilleure actrice aux Oscars 2015.
Tout au long de l'histoire, nous sommes suspendu aux faits et gestes d'Alice qui glisse subtilement de la maitrise à la panique et d'une battante à un être fragile, inconscient et bouleversant.
Dans son parcours, elle est très bien secondée par Alec Baldwin dans le rôle de son mari John, ainsi que par tous ceux qui interprètent son entourage.
Soulignons également le jeu spontané, tout en justesse et délicatesse de la jeune Kristen Stewart glissée dans la peau de Lydia, la fille cadette d'Alice. Une actrice prometteuse, qui a récemment obtenu le César 2015 de la meilleure actrice dans un second rôle en interprétant Valentine au côté de Juliette Binoche dans le film Sils Maria d'Olivier Assayas.  

Ajouter un commentaire