Kingsman

Société secrète jubilatoire et délirante

Matthew Vaughn nous offre un film d'espionnage "So british" cocktail composé d'un tiers d'action, un tiers de fantastique et un tiers de cet humour britannique décalé qui n'appartient qu'à l'Angleterre et qui nous régale qu'il s'agisse des films : Les Monty Python, Le journal de Bridget Jones où jouait déjà Colin Firth, Un poisson nommé Wanda, Johnny  English et bien d'autres.

Colin Firth est ici plus proche de John Steed de Chapeau melon et bottes de cuir que de James Bond dans son interprétation de Harry Hart/Galahad chef de service et sponsor de Eggsy (Taron Egerton). Sa prestation de combattant (une première pour l'acteur) restera dans les annales du genre. Quant à son poulain, dont la période d'initiation et de sélection pour devenir un agent d'élite de Kingsman est pour le moins originale et spectaculaire, le jeune Taron Egerton (25 ans) réalise dans son interprétation d'Eggsy, un véritable exploit pour son premier long-métrage. Samuel L. Jackson  est  de son côté réjouissant dans son rôle de méchant paranoïaque, accompagné de Gazelle (Sofia Boutella) sa garde du corps, époustouflante et redoutable avec ses hauts-talons-patins à glace.

Mark Strong en Merlin, (en bas à gauche de l'affiche) est tout aussi parfait dans ce film que lors de son interprétation du chef du MI6 dans Imitation Game. Et bien sûrMichael Caine (en bas à droite) dans son rôle d'Arthur incarne très justement l'imperturbable chef des Kingsman.  

Nous avons avec ce film un mélange détonnant de bagarres, fusillades, feux d'artifice au propre comme au figuré le tout sans se départir de cette élégance british qui rajoute à la joyeuseté. Bref, on ne s'ennuie pas une seconde et on en redemande. Un film à ne pas manquer pour sa bonne humeur irrésistible.

Kingsman

 

 

Ajouter un commentaire