Big Eyes

La blonde ingénue et le manipulateur

Tim Burton ne signe peut-être pas ici son meilleur film, mais il retranscrit avec justesse le climat de la fin des années 50 et du milieu des années 60 d'une amérique triomphante sur le marché des affaires et saisit avec précision, la relation entre Margaret et son mari.
Amy Adams joue à merveille son personnage de Margaret, une artiste-peintre effacée et crédule, vivant à une période où la condition féminine était cantonnée dans le cliché de la femme-objet. Elle passe de l'ingénuité, aux tourments, à la culpabilité et à la crainte d'un mari charmeur et manipulateur. Elle a tout de même obtenu pour ce rôle, le Golden Globes de la meilleure actrice dans un film musical ou de comédie.
Christoph  Waltz est de son côté tellement convainquant en Walter Keane, charmant, manipulateur, escroc, schizophrène. qu'on a envie de le frapper et aussi de secouer Margaret qui est forcément atteinte de cécité congénitale. L'acteur est parfait et confirme sa place parmi les meilleurs depuis son rôle d'Hans Landa d'Inglourious Basterds.

Ce film agréable est aussi servi par de superbes décors et costumes et une excellente photographie qui nous transpose avec délice dans les sixties.

Cet article vous a plu ! Vous avez la possibilité si vous le désirez de le partager avec un ou plusieurs amis
C'est très rapide et facile sans avoir besoin de passer par votre boite mail.
Il vous suffit de cliquer sur le petit bouton  E-mail situé au-dessus des commentaires

Commentaires (1)

P'tite ruine
  • 1. P'tite ruine | 25/03/2015
Tu as parfaitement retranscris mes impressions sur ce film que j'ai eu le bonheur de voir avec toi
On voit aussi également l'influence des médias dans le domaine de l'art et des manipulations qui peuvent se jouer pour percer dans le milieu. Le talent s'efface alors devant la mise en scène, la publicité à outrance, l'argent, le profit, le sensationnel...
On se rend compte également comment l'art au sens pur du terme peut être dénaturé si on en vient à le fabriquer à la chaîne, oubliant alors l'aspect unique de l'œuvre pour tomber dans l'aspect plus public certes mais commercial. Je ne suis pas souvent adepte des critiques, pensant souvent que l'art reste subjectif sous toutes ses formes, cinéma, photo, peinture mais là je rejoignais le point de vue du critique du Times.
Je n'aurai pas parlé de meilleur film de Tim Burton mais sans doute parce que je préfère quand il y mets davantage de sa folie et de son imagination mais c'est un film très réussi et très bien interprété.
Merci de m'y avoir mené mon poupa <3

Ajouter un commentaire