Spectre

24e James Bond réalisé par Sam Mendes

SpectreIl est toujours périlleux de vouloir classer un film qui se trouve être le 24ème d'une série qui compte ses afficionados et ses détracteurs. Cet opus n'est ni pire ni meilleur que les autres. Il a ses moments fabuleux et d'autres plus ternes. Les effets spéciaux et les prouesses techniques sont à la hauteur des progrès enregistrés dans ce domaine. Le générique est toujours un joli petit film dans le film qui est comme l'introduction d'une rédaction laissant entrevoir ce qui peut se passer. Spectre ne restera pas dans les mémoires comme "Le James Bond" incontournable, sans doute parce que nous avons l'impression que Daniel Craig n'avait peut-être pas une grande envie de faire cette quatrième interprétation ! Est-ce à cause de l'absence de Judy Dench toujours géniale dans son interprétation de "M" que Ralf Fiennes a un sérieux handicap pour remplacer malgré son talent et ses efforts.  Est-ce la nostalgie de Vesper, une des meilleures partenaires de 007 jouée par Eva Green sublime. En tous cas je ne crois pas qu'il reviendra dans le prochain opus. Dommage car sa complicité est évidente avec Ben Whishaw un "Q" remarquable de crédibilité et d'humour british comme son prédécesseur et aussi avec Naomie Harris en Moneypenny originale, ex agent opérationnel et qui ne reste pas dans son bureau. Christoph Walz en Franz Oberhauser est un vrai méchant comme on les aime au charisme indéniable. La surprise vient aussi de Dave Bautista, Mr Hink qui nous fait penser à "Requin" avec sa touche de férocité impressionnante. Monica Bellucci ne fait qu'une apparition de quelques minutes et la gratifier du sobriquet de James Bond girl me semble paradoxal ! Quant à Léa Seydoux qui est une bonne actrice, elle a du mal à jouer les romantiques et quand elle dit à James "je t'aime", je la revoie dans la même réplique en Belle face à la Bête (Vincent Cassel) et j'ai envie de dire : "comment le sais-tu ?" tellement elle semble plus glaciale qu'amoureuse. 

Je reste toujours inconditionnel de 007 dont j'ai vu tous les films et je ne regrette jamais de les avoir vu, même si pour certains de petites faiblesses apparaissent. et quand on regarde les critiques elles sont pour 7% dithyrambiques et pour 5% très mauvaises : Bond, James Bond ne laissera jamais indifférent.
Pour les livres de : Ian Flemming, j'avais été impressionné par Motel 007. Sera-t-il un jour porté au cinéma car "l'espion qui m'aimait" avec (Roger Moore) ne reprend que très peu d'éléments du roman ? C'était à la demande de l'auteur qui en fait n'aimait pas son livre. Dommage !

Ajouter un commentaire