Pupille

film de Jeanne Herry

Théo est remis à l'adoption par sa mère biologique le jour de sa naissance. C'est un accouchement sous X. La mère à deux mois pour revenir sur sa décision...ou pas. Les services de l'aide sociale à l'enfance et le service adoption se mettent en mouvement. Les uns doivent s'occuper du bébé, le porter (au sens plein du terme) dans ce temps suspendu, cette phase d'incertitude. Les autres doivent trouver celle qui deviendra sa mère adoptante. Elle s'appelle Alice et cela fait dix ans qu'elle se bat pour avoir un enfant. PUPILLE est l'histoire de la rencontre entre Alice, 41 ans, et Théo, trois mois.

Affiche PupilleLe nouveau film de Jeanne Herry « Pupille » est à la fois humain, touchant et permet de réaliser pleinement tout ce qui est mis en branle derrière le mot adoption. Il explore sous l’angle des coulisses, le collectif des services sociaux et assistants maternels qui interviennent entre l’abandon de la mère biologique et l’adoption ; Il montre le calvaire des familles voulant adopter et aussi la difficulté de faire un choix parmi ces personnes.

La force de ce film, qui n’est pas un documentaire, consiste à nous montrer les failles et les manques des uns et des autres ce qui nous permet de nous attacher au parcours émotionnel des personnages.

L’ensemble de la distribution mérite nos louanges avec une mention spéciale pour Gilles Lellouche, bouleversant gros nounours d’assistant maternel qui nous livre une belle interprétation avec une retenue qui ne lui est pas familière et à Sandrine Kiberlain qui nous montre son jeu délicat en tant qu’éducatrice spécialisée toujours à l’écoute, à l’humour décalé et dans l’énergie malgré le chaos de sa propre vie privée.
Rajoutons que c’est avec plaisir que nous redécouvrons Élodie Bouchez qui obtient ici un rôle consistant ; elle est lumineuse, dans ses doutes, ses colères, ses chagrins et son amour magique qui transparait dans son regard, ses gestes et ses paroles lorsqu’elle est enfin en contact avec le nourrisson. De même Clotilde Mollet, qui gère le dossier de demande d’adoption d’Élodie et leurs entretiens, joue de façon réaliste et crédible. Petit clin d’œil à Stéfie Selma de la nurserie et à Miou-Miou responsable du service d’adoption. Tous sont attachants, suffisamment traités sans longueur ni pathos.

Alors, même si le film est filmé de façon simple et s’il est parfois un peu trop descriptif, il n’en reste pas moins intéressant et prenant. Le plébiscite de la presse comme de la très grande majorité des spectateurs sur ce long métrage est parfaitement justifié.

Opinion des gens :
Presse – 96% de positif dont 50% de 5/5 et 43% de 4/5 et en négatif 4% de passable.
Spectateurs – 92% de positif dont 34% de 5/5 et 40% de 4/5 et en négatif 6% de passable et 2% de mauvais.
Notations : 90% ont aimé ce film. Légère pondération du plus grand nombre, mais le film reste très apprécié.

Nationalité : France. Genre : Drame, social, famille

11/12/2018

N'oubliez pas de cliquez sur les images pour les améliorer

Olivia et Elodie

Ajouter un commentaire