Nos batailles

Nos batailles de Guillaume Senez

Olivier se démène au sein de son entreprise pour combattre les injustices. Mais du jour au lendemain quand Laura, sa femme, quitte le domicile, il lui faut concilier éducation des enfants, vie de famille et activité professionnelle. Face à ses nouvelles responsabilités, il bataille pour trouver un nouvel équilibre, car Laura ne revient pas.

Affiche nos bataillesÀ partir d’un thème intimiste et social, Guillaume Senez nous propose un drame à la fois familial et social qui démontre bien que tout un chacun doit livrer bataille sur tous les fronts au quotidien, une dissection des rapports humains qui repose sur un hallucinant travail avec ses acteurs, qu’ils soient stars, comédiens réputés ou non professionnels.

Nous ne sommes pas dans un récit protestataire ou engagé ou dans des considérations psychologiques ennuyeuses. Le long-métrage, nous plonge en plein dans le quotidien d’un homme lambda qui va devoir se battre aussi bien sur le plan professionnel que sur le plan privé et réapprendre à vivre différemment ; il transcende un banal et sombre drame du quotidien en une ode à la vie coûte que coûte, à la débrouillardise et aux liens familiaux.

Nous passons de l’ombre à la lumière, de la violence et des larmes aux sourires sans tomber dans le misérabilisme ou le pathos à outrance. L’émotion nous étreint en douceur et nous éprouvons quelques serrements de cœur.

La direction d’acteurs permet aux comédiens de donner le meilleur d’eux-mêmes dans des scènes où les dialogues semblent parfois improvisés ce qui est le pari du réalisateur qui justement n’a pas imposé aux principaux acteurs de dialogues pré écrits. Tout ceci nous donne un  résultat poignant et frappant de justesse.

Romain Duris nous livre une performance extraordinaire, loin de ses rôles habituels. Il est littéralement Olivier.

Les seconds rôles sont tout aussi épatants, Dominique Valadié, la mère d’Olivier touchante et vraie. Lætitia Dosch (la sœur) nous montre par sa gouaille naturelle et son tempérament de feu qu’elle fait partie des actrices sur lesquelles il faudra compter. Laure Calamy (l’amie syndicaliste) dans un petit rôle est bien valorisée, elle nous apporte de la fraîcheur et aussi un côté bouleversant. Lucie Debay, Laura la femme d’Olivier, dont on ne nous rien de ses motivations (ce n’est pas le propos) nous apparait fragile et tourmentée.

Là où la direction d’acteurs se montre exceptionnelle, c’est dans le suivi des enfants ; Basil Grunberger (Elliot) et Léna Girard Voss (Rose) sont époustouflants de naturel. Ils vivent le film comme une réalité, alors félicitation pour ce travail d’une grande rigueur auprès d’eux.

Du cinéma simple, beau et sincère qui dissèque l’homme dans son quotidien et ses failles mais ne le juge jamais. Un film dont le thème est abordé de manière réaliste et frontale. Un cocktail parfait de drame intime et de chronique sociale où tout sonne terriblement juste. Il n’y a pas de happy end mais il reste optimiste avec un ton mélancolique et euphorisant.

Opinion des gens :
Presse – 95% de positif dont 27% de 5/5 et 57% de 4/5 et en négatif  5% de passable.
Spectateurs – 87% de positif dont 11% de 5/5 et 54% de 4/5 et en négatif 10% de passable et 3% de mauvais.

Nationalité : France. Genre : drame social et familial

13/10/2018

cliquez sur l'image pour l'améliorer

Acteurs nos batailles

Commentaires (3)

michel
  • 1. michel | 17/10/2018
Oui, mais bon! ne me fais pas trop attendre, ma curiosité est piquée;
michel
  • 2. michel | 15/10/2018
Je suis sensible, comme toi, à la richesse et à la complexité du film, qui évite avec soin en effet les pièges du cinéma militant, par la simple exposition des conditions de travail, sans discours, comme aussi ceux d'un psychologisme excessif, alors que tout y invitait, mère et soeur pointant sans douceur l'identification inconsciente du héros à son propre père, mais la séance familiale avec la pédopsy est , elle, doucement thérapeutique.
De manière générale, les scènes ne sont pas appuyées, et ces petites touches réunies donnent une image remarquable de la famille comme de l'usine.
fabulgone
Merci de ton avis toujours très attendu. Le livre que tu m'as offert est un bonheur absolu. J'ai même fait un article sur le pourboire!!!
En ce moment je m'occupe du festival Lumière et j'ai revu un film que tu vas reconnaître. Oui mais bon ! je te fais un peu attendre car j'ai de nombreuses priorités et j'ai du mal à tout gérer. Merci d'être mon ami.

Ajouter un commentaire