Mortal Engines

Heroïc Fantasy de Peter Jackson

Il y a des blessures qui ne guérissent jamais, quand elles ne vous dévorent pas tout entier.
Une citation extraite du troisième opus de la trilogie Le seigneur des anneaux, Le retour du roi
qui convient  parfaitement à ce film.

Des centaines d’années après qu’un évènement apocalyptique a détruit la Terre, l’humanité s’est adaptée pour survivre en trouvant un nouveau mode de vie. Ainsi, de gigantesques villes mobiles errent sur Terre prenant sans pitié le pouvoir sur d’autres villes mobiles plus petites.
Tom Natsworthy - originaire du niveau inférieur de la grande ville mobile de Londres – se bat pour sa propre survie après sa mauvaise rencontre avec la dangereuse fugitive Hester Shaw. Deux personnages que tout oppose, qui n’étaient pas destinés à se croiser, vont alors former une alliance hors du commun, destinée à bouleverser le futur.

Affiche Mortal EnginesPeter Jackson évite l’écueil de la romance pour ados entre les deux héros, pour se concentrer sur des scènes d’action de haut vol sur terre ou dans les airs. L’influence du réalisateur des trilogies Le Seigneur des anneaux et Le Hobbit est bien évidente dans ces aventures dont il est le coscénariste et le producteur.

Il renouvelle complètement ici, la thématique des univers dystopiques, avec ses gigantesques machines à vapeur, ses décors somptueux et un rythme particulièrement soutenu. Une saga à ambition mythologique, qui impose un univers visuel original et qui, malgré un scénario qui en rajoute dans le méli-mélo et le symbolique, ne manque pas de force.

Même si ce ne sont pas des « stars », nous avons une brochette de bons acteurs.
Héra Hilmar qui interprète Hester Shaw, défigurée aux motivations mystérieuses, est excellente, assez attachante malgré un caractère assez froid.
Robert Sheehan, Tom Natsworthy, l’historien originaire du niveau inférieur de la ville et destitué de ses fonctions, a quelque chose d’unique et de fascinant qu’il faut découvrir. 

Hugo Weaving qui interprète Thaddeus Valentine, est un méchant grandiose comme nous les aimons ; il est égal à lui-même et nous ne le détestons pas.
Jiahe qui joue Anna Fang nous gratifie de belles chorégraphies dans ses combats spectaculaires.
Leila George, la fille de Valentine à un petit rôle et nous avons de l’empathie pour elle.
Il y a enfin Shrike, sorte de Terminator, ou plutôt son contraire, joué par Stephen Lang, est extrêmement bien « construit », avec un caractère d’acier, mais aussi un moral d’acier. Chose étrange dans ce film juste hallucinant, c’est l’émotion que ce « robot » finit par faire surgir.

Si nous nous attachons aux différents personnages malgré leur écriture rapide, c’est que leur caractère se révèle d’autant plus étoffé que les scénaristes ont l’intelligence de leur avoir donné une histoire antérieure au récit, dont on ne saura jamais plus que quelques bribes jetées ici et là, mais qui leur donnent ainsi une vraie épaisseur en quelques lignes de dialogues bien senties.

Je le pense sincèrement : ne boudons pas notre plaisir ! "Mortal Engines" est une adaptation d'un roman pour les « jeunes adultes » d'une réussite visuelle indéniable et jamais avare en action. Autant dire que cette production de Peter Jackson vaut le détour ! Et, tant pis, si, sur le fond, le film ne révolutionne rien car, à l'écran, et surtout en version originale (la version française aussi bonne soit elle ne peut rivaliser avec ce genre de film), c'est un grand spectacle qui nous est offert.

Opinion des gens :
Presse – 75% de positif dont 35% de 4/5 et en négatif 20% de passable et 5% de mauvais.
Spectateurs – 64% de positif dont 12% de 5/5 et 27% de 4/5 et en négatif 24% de passable et 12% de mauvais.
Notation : 82% ont aimé ce film. C'est surement parce que la majorité des notateurs sont des vrais amateurs d'héroïc fantasy.

Nationalité : Etats-Unis, Nouvelle-Zélande. Genre : Science-fiction, aventure, action, dystopie.

13/12/2018

Ne pas oublier de cliquer sur les images pour les améliorer

Acteurs Mortal Engines

Commentaires (1)

michel
  • 1. michel | 26/12/2018
On peut regretter que le personnage de Jiahe ne soit pas plus fouillé, son allure quelque peu androgyne m'a intrigué.
Sans pour autant céder à la facilité de la romance adolescente, il y aurait pu y avoir un peu plus de sensualité quand même.
En tous cas merci d'avoir signalé ce film que j'aurais négligé sans cela.
P.S. Pour le moment je n'ai plus de portable.

Ajouter un commentaire