Au bout des doigts

Film de Ludovic Bernard

La musique est le secret de Mathieu Malinski, un sujet dont il n’ose pas parler dans sa banlieue où il traîne avec ses potes. Alors qu’un des petits cambriolages qu’il fait avec ces derniers le mène aux portes de la prison, Pierre Geitner, directeur du Conservatoire National Supérieur de Musique l’en sort en échange d’heures d’intérêt général. Mais Pierre a une toute autre idée en tête… Il a décelé en Mathieu un futur très grand pianiste qu’il inscrit au concours national de piano. Mathieu entre dans un nouveau monde dont il ignore les codes, suit les cours de l’intransigeante « Comtesse » et rencontre Anna dont il tombe amoureux. Pour réussir ce concours pour lequel tous jouent leur destin, Mathieu, Pierre et la Comtesse devront apprendre à dépasser leurs préjugés…

Affiche au bout des doigtsLudovic Bernard nous propose un film très émouvant. Cette histoire de rédemption par la musique (qui est une héroïne à part entière du film) et de transmission est fort touchante et admirablement jouée.

Les personnages principaux sont tous écorchés vifs, pour des raisons diverses que l’on découvre au fur et à mesure, et ils ne doivent leur salut, voire leur survie, qu’à la musique. Le choc des cultures entre ce jeune révolté, pas vraiment méchant, et ces musiciens de haut niveau, qui ne vivent que pour leur art, est magistral.

Les numéros musicaux sont à couper le souffle, ils nous bouleversent. Une belle histoire, bien racontée, bien menée, qui redonne le moral et la foi en l’humanité. Lambert Wilson le directeur du Conservatoire est impressionnant de charisme dont la carapace s’effrite par petite touche et Kristin Scott Thomas la « Comtesse » est sublime de crédibilité.

Le jeune Benchetrit qui est le fils de Samuel Benchetrit et Marie Trintignant est magistral et si nous sommes énervés de le voir buté au début, lui aussi déclenche peu à peu notre empathie en s’apprivoisant par son amour de la musique.

KaridjaAjoutons que sa romance toute simple avec la délicieuse Anna, interprétée par Karidja Touré ne gâche pas l’histoire. Quant à la participation de Michel Jonasz, elle est touchante. Les trois principaux acteurs sont très bien entourés par les seconds rôles, leurs proches dans l’histoire, qui nous font découvrir le passé et les souffrances de chacun des trois.

Bien sûr la musique est la grande vedette de ce film et il ne fait aucun doute que si 92% des spectateurs ont aimé le film, c’est parce qu’ils savaient bien ce qu’ils allaient voir et le scénario qui n’a fait ni dans la violence, ni dans le mélo était convaincant.
Il n’y a pas de méchants car même les copains de la cité n’en font pas trop et nous les sentons solidaires de Mathieu, même dans leurs moqueries.
Et puis la musique est sublime, du Rachmaninov, excusez du peu...
Je recommande même aux non-mélomanes que le classique peut rebuter, car les morceaux joués dans la partie apprentissage, donnent la chair de poule.

Opinion des gens :
Presse – Positif à 83% mais non significatif car seulement 6 titres de presse.
Spectateurs – 82% de positif dont 33% de 5/5 et 30% de 4/5 et en négatif, 12% de passable et 6% de mauvais.
Notation : 92% des utilisateurs ont aimé ce film.

Nationalité : France. Genre : comédie dramatique, musique classique.

26/12/2019

Commentaires (4)

michel
  • 1. michel | 03/01/2019
Rectificatif et précision:
1) La référence à Pivot concerne "Apostrophes", et pour les plus âgés d'entre nous seulement !
2) Renseignement pris, la musique du début n'est pas stricto sensu du Bach absolument authentique, mais une (re-)création à partir d'un prélude et fugue de Jean Sebastien ....
fabulgone
C'est une composition de Harry Allouche. Je ne le connais pas vraiment mais il a fait un excellent et talentueux travail sur la bande son de ce film.
michel
  • 2. michel | 02/01/2019
Le deuxième concerto de Rachmaninov nous évoque bien sûr le générique de l'émission "Lectures pour tous" de Pivot. Et le Bach du début est diablement entrainant.
A la fin de la séance à laquelle j'ai assisté, des applaudissements nourris ont éclaté, c'est dire l'enthousiasme que ce film suscite !
fabulgone
excellent film effectivement, un vrai cadeau de fin d'année.

Ajouter un commentaire