Les frères Sisters

Western de Jacques Audiard

Charlie et Eli Sisters évoluent dans un monde sauvage et hostile, ils ont du sang sur les mains : celui de criminels, celui d'innocents... Ils n'éprouvent aucun état d'âme à tuer. C'est leur métier. Charlie, le cadet, est né pour ça. Eli, lui, ne rêve que d'une vie normale. Ils sont engagés par le Commodore pour rechercher et tuer un homme. De l'Oregon à la Californie, une traque implacable commence, un parcours initiatique qui va éprouver ce lien fou qui les unit. Un chemin vers leur humanité ?

Affiche freres sistersJacques Audiard dans ce premier film américain chevauche le western, pour y faire tenir un sublime récit de fraternité, douloureux, grave et bouleversant.

Nous assistons à un conte à la fois sombre, optimiste et onirique, servi par la bande son d’Alexandre Desplat et la force de l’interprétation de ses acteurs. Nous avons aussi une mise en scène parfaite et un superbe travail sur la lumière.  

Les dialogues sont très bons, permettant des échanges souvent savoureux au coeur d'un récit où la banalité du mal et ses conséquences sont débattues. Les frères Sisters évoluent dans l’univers rude de l’ouest américain de 1851, mais au-delà du western traditionnel, nous assistons surtout à une réflexion philosophique abordant les thèmes de la filiation, de l’évolution des sociétés civiles et de la rédemption.

John C. Reilly (Eli) et Joaquin Phoenix (Charlie) sont parfaits dans la relation complexe entre deux frères : Charlie le pistolero, violent et prêt à tout pour ramasser de l'argent, et Eli l’aîné, plus sage, plus humain, qui pleure lorsqu'il perd son cheval, caresse la couverture offerte par sa bien-aimée et goûte avec plaisir aux vertus du progrès.

Face à eux, Jake Gyllenhaal et Riz Ahmed, détective et chimiste en fuite qui nous semblent curieusement nouer une relation amicale tendant vers une possible future association dans une société utopiste et sans violence.

Quatre personnages ordinaires, enfants perdus ayant grandi dans un univers sombre et sans pitié et qui vont se révéler cupides et incapables d’assumer les conséquences de leurs entreprises.

Un film personnel, original, atypique, aussi brutal que touchant, aussi optimiste que noir qui indiscutablement se révèle un des meilleurs long-métrage de cette année. Nous pensons à la fois à Eastwood ou à Tarentino sans qu’il s’agisse d’une copie de l’un ou de l’autre.

À voir absolument en V.O., si possible, car si le film est français, les acteurs sont surtout américains.

Opinion des gens :
Presse – 98% de positif, dont 50% de 5/5 et 38% de 4/5 et en négatif 2% de passable. Ce qui est impressionnant, c’est que nous avons l’avis de 41 titres de presse, du rarement vu ! Forcément, cela va conduire à un dysfonctionnement côté spectateurs.
Spectateurs – 68% de positif dont 8% de 5/5 et 34% de 4/5 et en négatif : 19% de passable et 13% de mauvais. Il fallait s’y attendre car ce film est atypique dans la catégorie Western et il peut décontenancer ceux qui s’attendaient à un film plus conventionnel.

Nationalité : France. Genre : Western tourné en Espagne et en Roumanie !! avec des acteurs : américains, portoricain, britannique.

29/09/2018

 

Cliquez sur l'image pour l'améliorer

Acteurs des freres sisters

Commentaires (6)

michel
  • 1. michel | 06/10/2018
Et pour finir, je dois avouer que je n'ai toujours pas compris le sens de l'oxymore du titre, frères soeurs .
Ni tellement la fin -retour chez maman...
fabulgone
Je crois qu'il n'y a rien à chercher, c'est tout simplement le titre du livre de Patrick DeWitt, sans doute juste un jeu de mots. Pour le retour chez la maman s'était l'aspiration de C. Reilly.
michel
  • 2. michel | 04/10/2018
décidément :Gyllenhaal !
fabulgone
J'aime aussi beaucoup Jake Gyllenhaal et John C. Reilly, ravi d'apprendre que le film a été tourné en Espagne et en Roumanie; Je vais modifier dans l'article. Merci de tes précisions et je suis en accord avec tes commentaires.
michel
  • 3. michel | 04/10/2018
J'oublie de citer Jake Glynehaal, ayant du mal à orthographier correctement son nom, mais c'est un fameux et grand acteur lui aussi.
Et précision supplémentaire, après recherche mais le générique de fin déjà l'indiquait, me semble t-il me souvenir, le tournage s'est aussi passé en Roumanie.
C'est en tous cas de propos délibéré qu'Audiard n'a pas voulu les grands espaces des westerns américains, outre les questions de coût financier, pour moi je le regrette un peu;
michel
  • 4. michel | 03/10/2018
Erreur ! Le tournage fut espagnol. d'où pas plus de 2 ou 3 vues un peu vraisemblables des grands espaces américains (une chaine de montagne enneigée, une rivière au fond des gorges..)Travail sur la lumière, je veux bien, d'autant qu'il n'y en a guère le plus souvent, l'action nocturne se révélant un jeu de devinettes où des coups de feu s'échangent à l'aveuglette, avec pas mal de belles scènes crépusculaires toutefois.
Joachim Phoenix m'a moins impressionné, jouant un personnage sans beaucoup de nuances, que John C. Reilly, lui plus subtil.

Ajouter un commentaire