Le poulain

Arnaud Jaurès, 25 ans, novice en politique, intègre par un concours de circonstances l’équipe de campagne d’un candidat à l’élection présidentielle. Il devient l’assistant d’Agnès Karadzic, directrice de la communication, une femme de pouvoir et d’expérience qui l’attire et le fascine. Sans l’épargner, elle l’initie aux tactiques de campagne, et à ses côtés il observe les coups de théâtre et les rivalités au sein de l’équipe, abandonnant peu à peu sa naïveté pour gravir les échelons, jusqu’à un poste très stratégique.

Affiche le poulainMathieu Sapin nous propose un premier film qui nous rappelle qu’avant d’être réalisateur, il a évolué dans les coulisses du monde politique durant plusieurs années. Ce n’est pas à proprement parler un film sur la politique mais bien sur la communication autour de la politique.

L’action est filmée sur un rythme trépidant qui colle au marathon électoral, le fil rouge de l’histoire. Pas de temps mort et de séquence à rallonge. La bande son omniprésente est sympathique, variée et bien employée sans être envahissante.

Le casting est impeccable avec en tête Alexandra Lamy qui surprend pour son premier rôle en méchante, vacharde, dure, sans humanité, fixée sur ses intérêts personnels. Malgré tout son capital de sympathie ne nous est pas écorné car elle parvient aussi à être touchante.
Finnegan Oldfield confirme la progression de son jeu d’acteur en étant crédible dans son côté désabusé presque en retrait et sa capacité de rebondir à chaque coups bas pour devenir à son tour un personnage clé de la campagne et devenir lui-aussi immoral.
Son ascension, dans le staff, est d’ailleurs un thème central du film plus que les trahisons et retournements d’alliances politiques, où le rôle des médias n’est pas neutre.

Petit clin d’œil à Philippe Katerine qui est pour beaucoup, malgré un rôle peu étoffé, dans le côté comédie décalée et à Gilles Cohen, le candidat plus manipulé que manipulateur. Et nous retrouvons Valérie Karsenti avec plaisir.

Dans ce jeu du chat et de la souris, nous constatons que le chat devient souris et réciproquement pour un final un peu rapide et pas très moral qui conclue bien l’ensemble.

Ce n’est pas un grand film mais il est original, intéressant, avec des personnages typés et bien campés et ce n’est pas un pamphlet sur la politique.

Opinion des gens : Presse – 80% de positif dont 45% de 4/5 et en négatif 20% de passable. Spectateurs – 57% de positif dont 9% de 5/5 et 13% de 4/5 et en négatif 24% de passable et 19% de mauvais.

Nationalité : France. Genre : Comédie, satire politique

22/09/2018

Ajouter un commentaire