Le dossier Mona Lina

Espionnage, suspense de Eran Riklis

Mona, libanaise, est soupçonnée par le Hezbollah d’être une informatrice des services secrets israéliens. Craignant qu’elle soit démasquée, le Mossad l’exfiltre vers l’Allemagne et lui fait changer de visage. Pendant deux semaines, le temps de se remettre de son opération, ils la cachent dans un appartement à Hambourg. Naomi, agent du Mossad, est chargée de lui tenir compagnie et de la protéger. Mais le Hezbollah est à la poursuite de Mona et la planque ne s’avère pas aussi sûre que prévu...

Affiche Mona LinaLe cinéaste israélien Eran Riklis nous propose un film ambivalent qui oscille entre un film d’espionnage tendu et maîtrisé et un huis clos émouvant de deux femmes blessées qui tentent de se reconstruire.

Il nous entraîne dans une sorte de paranoïa où se confondent fantasmes et réalité. Mais reconnaissons que nous assistons à une grande complicité de ces deux comédiennes remarquables.

Le visage recouvert de bandages pendant la majeure partie du film, Mona (Golshifteh Farahani toujours aussi simplement lumineuse) ne démérite pas même si elle laisse la vedette à Naomi (l'actrice israélienne Neta Riskin) qui livre une belle interprétation et donne un vrai souffle de vie à un personnage fragile qui aurait sans doute pu être un peu plus étoffé.

Nous sommes très loin des films d’espionnage ‘’classique’’  avec peu d’action, tout en nous offrant un suspense non négligeable, grâce à un scénario assez riche, entourée d'une musique discrète et de bons dialogues ; à voir absolument en VO, pour en apprécier toute la richesse.

En effet, pas moins de cinq langues, Hébreux, Anglais, Arabe, mais aussi Allemand et quelques touches de Français, donnent de la profondeur aux personnages et au récit.

La scène vers la fin dans le cimetière est d'une grande émotion et ce qui suit est finalement un peu perturbant car nous nous retrouvons en toute fin avec plus d’interrogations que de réponses, ce qui peut déstabiliser.

Nous sommes bien dans un film d’auteur original. Alors soit nous adhérons, soit nous rejetons, sans toutefois qu'il y ait remise en cause du talent des actrices.

Opinion des gens :
Presse – 92% de positif dont 25% de 4/5 et en négatif 8% de passable.
Spectateurs – 50% de positif dont 17 % de 4/5 et en négatif 33% de passable et 17% de mauvais. Très peu de spectateurs ont exprimés leurs avis. Ils sont tranchés avec 50/50 de j'aime ou pas et 17% de très bon ou 17% de mauvais.

Nationalité : Israël, Allemagne, France. Genre : espionnage, huis-clos, suspense, politique.

07/07/2018

Commentaires (4)

fabulgone
Merci pour l'info ; il est effectivement sur ma liste. Je pense que Dark River ne peut que me convenir : le thème, la nationalité (j'apprécie les films anglais) et les acteurs qui me semblent coller à l'histoire.
michel
  • 2. michel | 12/07/2018
Je te suggère le film "Dark River"qui je pense pourrait t'intéresser.
fabulgone
Je n'ai aucune compétence en matière technique de réalisation et au vu des 92% d'avis positif de la presse, je suis surpris de ce problème de "découpage". Oui mais bon c'est possible. Pour Golshifteh, j'ai trouvé qu'elle avait modifié son registre habituel, laissant beaucoup de place à Neta Riskin. Seulement un spectateur sur deux a apprécié ce film. Dommage.
Michel
  • 4. Michel | 11/07/2018
J'ai personnellement trouvé ce film assez mal fichu,(question de montage ?)et, au contraire de toi, Golshifteh Farahani moins bonne qu'à l'ordinaire. Déception donc en ce qui me concerne !

Ajouter un commentaire