Fleuve noir

film policier d'Erick Zonca

Au sein de la famille Arnault, Dany, le fils aîné, disparaît. François Visconti, commandant de police usé par son métier, est mis sur l’affaire. L’homme part à la recherche de l’adolescent alors qu’il rechigne à s’occuper de son propre fils, Denis, seize ans, qui semble mêlé à un trafic de drogue. Yan Bellaile, professeur particulier de Dany, apprend la disparition de son ancien élève et propose ses services au commandant. Il s’intéresse de très près à l’enquête. De trop près peut-être…

Affiche Fleuve noirErick Zonca nous propose un film policier vraiment très glauque et s’il y avait eu un peu moins de verres de whisky, il aurait été parfait. Dès le début nous avions compris que le commandant avait une sérieuse addiction à l’alcool.

Vincent Cassel est toutefois prodigieux en Colombo alcoolo obsédé par son boulot et perturbé par son fils, dealer de drogue.
KiberlainNous assistons progressivement à une descente aux enfers des trois principaux protagonistes avec la prestation glaçante, exceptionnelle de Romain Duris, qui interprète Yan, le professeur de littérature, psychopathe et écrivain raté, qui vaut le détour.

Quand à Sandrine Kiberlain, elle est tout à fait géniale en mère éplorée par la disparition de son enfant ; elle est aussi glaçante en se révélant aussi trouble que manipulatrice à la fin.
Un trio de comédiens grandioses dont le talent n'est plus à démontrer.

Elodie bouchezElodie Bouchez se montre de son côté émouvante et perturbée par son professeur de mari et les méthodes marginales de cet enquêteur presque inquiétant.

C’est triste, sordide, malsain parfois et quant au fond de l’histoire, il fallait oser. Mais quelle merveille !

Le mystère reste bien entretenu sur la disparition du fils, le suspense est grandissant parsemé de fausses pistes, de rebondissements, de périodes déstabilisantes, de retournements de situations et la fin à laquelle on ne s’attend pas, nous laisse un goût amer et des interrogations, car la conclusion nous appartient.

Un film très sombre qui ne peut convenir à tout le monde, mais qui mérite d’être vu par son côté original qui sort des sentiers battus avec un scénario impeccable et complexe sans oublier le jeu excellent de tous les acteurs, même les petits rôles, qui s’intègrent comme les pièces d’un puzzle dans cette histoire.

Opinion des gens : Presse – 58% de positif dont 38% de 4/5 et en négatif 13% de passable et 29% de mauvais. Spectateurs – 75% de positif dont 10% de 5/5 et 30% de 4/5 et en négatif 10% de passable et 15% de mauvais.

Nationalité : France. Genre : Policier, suspense, psychologie.

18/07/2018

Commentaires (2)

michel
  • 1. michel | 24/07/2018
Je trouve pour ma part aussi bien Cassel que Duris quelque peu (litote) exagérés dans leurs jeux qui me semblent excéder ce que requiert leurs rôles. On comprend bien leurs personnages sans qu'il soit nécessaire d'en rajouter. Sandrine Kiberlain en revanche est d'une parfaite sobriété et montre a contrario que la justesse ne réside pas dans l'excès. Elodie Bouchez en fait d'ailleurs également des tonnes dans sa grande scène avec son mari, ce qui laisse à penser que cette approche est imputable au réalisateur qui selon moi, encore une fois n'arrive pas à la cheville d'un Chabrol.
fabulgone
Pour sûr c'est pas du Chabrol, le jeu de Cassel et Duris est un peu outré ce qui est le principal reproche des avis mitigés et je pense que c'est volontaire. Pour Elodie Bouchez je te trouve dur, oui mais bon, c'est ton ressenti. Je rentre de Rodez où je suis allé voir ma fille que j'ai trouvée épanouie dans sa nouvelle vie ; quelques jours superbes.

Ajouter un commentaire