BLACKkKLANSMAN

Biopic, policier de Spike Lee

Au début des années 70, au plus fort de la lutte pour les droits civiques, plusieurs émeutes raciales éclatent dans les grandes villes des États-Unis. Ron Stallworth devient le premier officier Noir américain du Colorado Springs Police Department, mais son arrivée est accueillie avec scepticisme, voire avec une franche hostilité, par les agents les moins gradés du commissariat. Prenant son courage à deux mains, Stallworth va tenter de faire bouger les lignes et, peut-être, de laisser une trace dans l'histoire. Il se fixe alors une mission des plus périlleuses : infiltrer le Ku Klux Klan pour en dénoncer les exactions. Flip Zimmerman, collègue de Stallworth, se fait passer pour Ron lors des rendez-vous avec les membres du groupe suprématiste et apprend ainsi qu'une opération meurtrière se prépare. Ensemble, Stallworth et Zimmerman font équipe pour neutraliser le Klan.

Affiche blackkklansmanCe film de Spike Lee a été abondamment souligné par 33 titres de presse et 333 critiques spectateurs. Je ne vais pas me positionner sur le Grand Prix du Jury décerné au festival de Cannes, influencé sans doute par la charge anti-Trump et la manifestation du mouvement d’extrême droite de Charlottesville (Virginie) d’août 2017 montré à la fin du film et qui nous rappelle que le danger des extrémistes est toujours d’actualité.

Nous restons fascinés par le culot de cet homme, premier policier noir américain, interprété de façon exemplaire et avec persuasion par John David Washington, qui embarque dans son sillage son double et collègue (juif !) sous les traits d’un Adam Driver parfait. Nous n’oublions pas non plus les seconds rôles dont Topher Grace qui interprète le « grand sorcier » du Klan et Laura Harrier petite amie de Ron qui ajoute à ce film une autre histoire fictive et romantique qui augmente notre plaisir de spectateur.

La bande son de Terence Blanchard est exceptionnelle avec un thème lancinant et envoutant. Nous pouvons regretter que cette histoire soit traitée avec une légèreté surprenante, un dilettantisme presque inconséquent comme si la toile de fond était anodine, mais c’est sans doute le moyen d’accepter l’insoutenable.

Rappelons que ces sept mois d’infiltration, dans la réalité, ont permis de déjouer des attentats à la bombe dans deux bars gays de la ville et des vols d’armes militaires et qu’à trois reprises les membres du clan ont dû abandonner leur démonstration habituelle de puissance en brulant une croix géante en bois.

En 1979, à Colorado Springs le KKK avait été pratiquement réduit au silence et pour la sécurité nationale, deux officiers du Commandement de la défense aérospatiale membres du Klan avaient été neutralisés.

C’est donc bien une histoire vraie intéressante qui mérite d’être vue par le plus grand nombre.

Opinion des gens :
Presse – 88% de positif dont 12% de 5/5 et 48% de4/5 et en négatif 9% de passable et 3% de mauvais.
Spectateurs – 79% de positif dont 16% de 5/5 et 37% de 4/5 et en négatif 13% de passable et 8% de mauvais.

Nationalité : États-Unis. Genre : biopic, policier

21/09/2019

Cliquer sur la photo c'est plus beau

Les acteurs blackkklansman
 

Ajouter un commentaire