3 jours à Quiberon

Fiction d'Emily Atef

En 1981, lors d’une interview exceptionnelle et inédite sur l'ensemble de sa carrière, Romy Schneider accepte de passer quelques jours avec le photographe Robert Lebeck et le journaliste Michael Jürgs, du magazine allemand "Stern" pendant sa cure à Quiberon. Cette rencontre va se révéler éprouvante pour la comédienne qui se livre sur ses souffrances de mère et d'actrice, mais trouve aussi dans sa relation affectueuse avec Lebeck une forme d'espoir et d'apaisement.

Affiche 3 jours à QuiberonEmily Atef excellente réalisatrice franco-iranienne est née en 1973 à Berlin ; elle a vécu de 7 à 13 ans à Los Angeles  avant de déménager dans le Jura et de partir plus tard après son bac à Londres travailler dans le théâtre avant de s’installer à Berlin étudier la réalisation où elle vit toujours.

C’est en pension dans le Jura de 86 à 91 qu’elle partagea sa chambre avec une fille obsédée par Romy Schneider qu’elle découvrit et aima la vedette en visionnant les films de Sautet. Quoi de plus naturel que d’accrocher à son palmarès, avec cette histoire, le prix du meilleur film aux lolas, prix  du cinéma allemand de Berlin. « 3 jours à Quiberon » lequel est bouleversant.

Il nous montre non seulement la beauté mythique, le talent et l’exigence de Romy Schneider, fragile, complexe et fascinante, mais surtout sa quête impossible pour le bonheur et sa vulnérabilité.

Marie Baumer est époustouflante de ressemblance avec la star et son interprétation mérite son prix de meilleure actrice dans un premier rôle. Birgit Minichmayr qui joue Hilde la meilleure amie de Romy (une fiction car la vraie amie n’a pas souhaitée être reprise dans ce film) est aussi touchante et parfaite, primée elle-aussi comme meilleure second rôle féminin.

Robert Gwisdek qui tient le rôle de Michael Jürgs le journaliste de Stern est tout aussi juste et sobre. Pour finir Charly Hübner qui interprète le photographe Robert Lebeck, ami intime de Romy Schneider, est incroyable de mimétisme avec le vrai photojournaliste allemand, mondialement célèbre, du Stern, .

Tout est magique dans ce film : le choix du noir et blanc car la couleur était impossible, les images, le scénario dans un univers feutré parsemé de huit-clos, la musique et l’absence de musique. Je comprends que ce film est pu déstabiliser plus d’un admirateur ou la propre famille de l’actrice, présentée ici sous un jour sombre, proche de l’autodestruction, mais il est impressionnant et émouvant et tout compte fait, c’est bien pour cela que nous allons au cinéma, pour les émotions.

Personnellement en voyant ce film, j’ai pensé avec beaucoup d’émotion, à l’interprétation de Romy Schneider dans « Le vieux fusil » avec Philippe Noiret où elle avait ce regard perdu qui pressentait sa mort prochaine, laquelle survient de façon impressionnante dans ce film. Dans « 3 jours à Quiberon, l’actrice Marie Bäumer, reproduit ce regard prémonitoire (hélas). Bouleversant !

Opinion des gens :
Presse – 92% de positif dont 80% de 4/5 et en négatif 4% de passable et 4% de mauvais.
Spectateurs – 63% de positif dont 21% de 5/5 et 25% de 4/5 et en négatif, 30% de passable et 7% de mauvais.

Nationalité : Allemagne, Autriche, France. Genre : Fiction, drame

02/07/2018

Commentaires (2)

fabulgone
Bien d'accord se réfugier dans le tabac et l'alcool, montre bien dans ce film les dangers de ces addictions. Je n'en ai pas parlé pour ne pas en rajouter.
Il y a effectivement de bons moments d'humour et de rire qui témoignent de la soif de vivre qu'elle recherchait au-delà de sa fragilité et des blessures de son existence.
michel
  • 2. michel | 04/07/2018
Qu'ajouter à cet article sinon qu'on n'aura pas manqué de remarquer l'omniprésence de la cigarette, sans parler de l'alcool !
Peut-être faut-il tout de même préciser qu'on n'est pas que dans le drame et les larmes et mentionner qu'il y a de l'humour et du rire, jusqu'au clin d'oeil parisien final.

Ajouter un commentaire