Senses 5

Episode 5 - Goûter

Ryusuke Hamaguchi conserve le style épuré de sa mise en scène et dévoile davantage dans ce dernier épisode, les émotions de ses protagonistes. La scène de lecture, nous a tenu en haleine en  nous donnant à réfléchir avec Kohei qui se révèle sensible et pertinent ; il va jusqu’à évoquer une sensation de « devenir femme » à l’écoute de la nouvelle de Mlle Nose.

Fumi, Takuya, mademoiselle Nose, Kohei et Sakurako se retrouvent donc au café où nous assistons à une suite du débat qui vient d’avoir lieu. Pas d'éclats, pas de cris, pas de violence physique ni de larmes, et pourtant les protagonistes transpirent leurs émotions malgré un visage impassible et une politesse empirique.

Toute la retenue des épisodes précédents s’efface au profit d’aveux. Les personnages sont fatigués des non-dits et leurs langues se délient. Kohei nous surprend en se montrant capable de ressentir des émotions et d’analyser des sentiments. Mis en cause, il vit ce moment de communication comme le plus vrai de son mariage. Il sait que Jun ne l’aime plus, et qu’il peut la comprendre, mais qu’il ne peut pas se mettre à sa place et que cela ne change rien pour lui puisqu’il l’aime. Ce qui le rend touchant n’est donc bien sûr pas l’ignorance ou le désintérêt pour ce que ressent sa femme, mais plutôt un attachement qui persiste en dépit du bon sens et qui le condamne probablement lui-même au malheur.

En quittant le café, Sakurako délaisse Fumi pour suivre un homme qu’elle vient de rencontrer, sans que cela ne remette en cause son amour pour son mari.

Les personnages masculins sont eux aussi touchés ou « ouverts », et le film ne les confine pas à leur statut d’hommes-objets. Le film contient une série de dérèglements qui, sous la forme de chutes brutales, tisse un lien par-delà les sexes. Le cas de Fumi et de son mari est frappant : le récit fait coïncider l’accident du mari avec une chute de sa femme et ceci maintient un lien entre les époux par-delà la séparation qui vient d’avoir lieu. Jun et Akari connaissent aussi leurs chutes, et le mari de Sakurako, s’il est effectivement peu loquace, réagit physiquement à l’infidélité de sa femme en perdant l’équilibre dans les escaliers, entamant ainsi peut-être son processus de révision.

Ukai l’amant d’un soir d’Akari est aussi un reflet inversé des maris : Alors qu’il cherche à révéler les autres à eux-mêmes, il est pour sa part fuyant et incapable de s’attacher. Il est vide à l’intérieur comme le dit sa sœur et comme on l’observe dans la séquence de la boîte de nuit, où son visage atteint une impassibilité parfaite.

Cliquez sur la photo pour l'améliorer

Akari et FumiLa fin ne donne pas de réponse définitive ; Nous y voyons Akari qui observe Kobe du haut de l’hôpital où elle travaille. Elle est rejointe par Fumi venue après l’opération de son mari en disant qu’elle veut être là à son réveil et donc nous pensons qu’elle ne se sépare plus de lui !!!

La force de Senses, c’est de nous dire que l’homme et la femme sont des êtres sociaux et ont besoin des autres pour exister. Nous avons besoin d’être écouté, de parler, de sentir, de goûter et de toucher à la vie. Pour y arriver nous devons ressentir des émotions, être en colère, faire des choix et des erreurs quitte à décevoir. C’est bien l’esprit de « Senses » qui laisse les portes ouvertes à notre réflexion.

Un film qui n'enthousiasme pas nécessairement sur toute sa durée ceux qui ne sont pas aussi réceptif que moi car je l'ai suivi avec sérénité, mais il laisse une véritable trace dans les souvenirs des spectateurs. Ce qui est certain, c'est que je me procurerai la série dvd car je crois qu'il faut plusieurs lectures pour mieux s'imprégner de ces dialogues d'une richesse étonnante

Opinion des gens sur ce troisième volet : Spectateurs - 72% de positif dont 18% de 5/5 et 18% de 4/5 et en négatif 10% de passable et 18% de mauvais.
Je rappelle que les critiques de la presse reposent sur les trois volets et donc la globalité de Senses.

Les 72% de positif se justifient puisque voir le troisième volet suppose une forte adhésion après avoir visionné le deuxième volet des épisodes 3 et 4. Plus surprenant les 18% de "mauvais" qui reflètent une forte déception, sans doute due à la fin qui se termine sur plusieurs interrogations, nous laissant réfléchir sur le devenir des personnages. 

01/06/2018

Commentaires (4)

fabulgone
C'est bien le problème de Senses 5, la fin nous laisse avec des interrogations. Le mari de Fumi est-il handicapé ? Nous ne savons rien de précis à part qu'il est vivant puisqu'elle reste à l'hôpital pour son réveil !!! va-t-il y avoir une suite ???
Garabedian
  • 2. Garabedian | 12/06/2018
Bonjour, je me pose la question si le mari de Fumi n'est pas mort dans l'accident, quand Akari croise le médecin alors qui sort du bloc opératoire il a une tête dévastée... Akari lui demande ce qui c'est passée cette nuit et il lui dit "une personne est arrivée cette nuit, un accident de la route.. et elle répond "vous avez fait ce que vous avez pu" ... pour le consoler j'imagine. donc.. est-ce lié ?
fabulgone
Ces trois parties que j'ai vu les 27 et 29 mai la veille et le lendemain de l'inhumation de maman à Champagne au Mt d'or puis le 1er juin, ont bénéficié de mon état d'âme empreint d'une grande sérénité. J'ai eu bien du mal à transcrire mes impressions très fortes et je revoyais la série au fur et à mesure que j'écrivais. Une réussite saluée par la presse et un peu controversée par les spectateurs parce que les trois parties nécessitent une attention soutenue et un gros coefficient de sensibilité sans négliger l'aspect technique parfait et des acteurs irréprochable. J'ai moi-même libéré, avec plaisir, ma parole...
michel
  • 4. michel | 08/06/2018
Merci pour cette critique très élaborée, qui m'éclaire sur plusieurs points restés pour moi difficiles à saisir.
Je regrette presque que ce dernier épisode accélère trop et "résolve" (le mot est bien mal choisi) ne serait ce qu'un peu les questions et incertitudes que j'aurais sans doute voulu voir perdurer au fil d'autres interminables épisodes....
Comme toi, et comme je l'ai dit déjà, je reverrai ces cinq "Senses"

Ajouter un commentaire