Rampage - Hors de contrôle

Aventure fantastique de Brad Peyton

Primatologue de profession, David Okoye a plus de mal à nouer des liens avec ses semblables qu'avec les singes. Pas étonnant qu'il se soit pris d'affection pour George, adorable gorille albinos d'une intelligence hors du commun, dont il s'occupe depuis sa naissance. Mais suite à une expérience génétique catastrophique, George se métamorphose en monstre incontrôlable. Et il n'est pas le seul puisque d'autres animaux se transforment en prédateurs enragés aux quatre coins du pays, détruisant tout sur leur passage. Okoye décide alors de travailler d'arrache-pied avec une généticienne pour mettre au point un antidote. Pourront-ils à temps empêcher la planète d'être ravagée ?

Affiche rampageBrad Peyton nous propose l’adaptation d’un jeu vidéo de la fin des années 80. C’est aussi sa troisième collaboration avec Dwayne Johnson dont les films sont toujours des réussites au box-office (en trois semaines d’exploitation, celui-ci a déjà rapporté plus de trois fois le budget initial). Ce n’est certes pas un film qui peut soulever l’enthousiasme de la presse mais nous sommes nombreux à apprécier l’autodérision qu’il pratiquait lorsqu’il était champion du monde de catch sous le pseudo « the Rock ».

Les trois grosses bêtes sont plutôt réussies et les scènes de destruction massive qu’elles infligent à la ville de Chicago sont tellement énormes de surenchère que c’en est jubilatoire.

Naomie Harris est convaincante et seconde bien notre héros naturaliste ex agent des forces spéciales (mais c’est bien sûr !). Et Jeffrey Dean Morgan, complète un trio attachant en agent du gouvernement caustique qui soutient l’action du primatologue pour sauver l’humanité (rien que ça).

Les méchants sont caricaturés comme il se doit comme le général qui en rajoute un peu en envoyant ses troupes au casse-pipes. Le coefficient de sympathie de Dwayne Johnson n’est pas près de diminuer car il nous offre une fois encore avec ce film de pur divertissement, près de deux heures de détente, ce qui est aussi un des objectifs du cinéma, sans rogner sur les drames, comédies, film d’auteur ou de société qui forment une palette diversifiée des genres qui ne sont pas comparables.

Chaque film a son public et ce sont toutes ces différences qui me font aimer le cinéma.

Opinion des gens :
Presse – 40% de positif dont 12% de 4/5 et en négatif 40% de passable et 20% de mauvais.
Spectateurs – 77% de positif dont 10% de 5/5 et 25% de 4/5 et en négatif 17% de passable et 6% de mauvais.

Nationalité : États-Unis. Genre : comédie, fantastique.

14/05/2018

Ajouter un commentaire